Les Français prêts à une réforme du système de santé, un marché juteux pour le privé

Les Français prêts à une réforme du système de santé, un marché juteux pour le privé

04.04.2013
  • 1365088452422841_IMG_102447_HR.jpg

Les Français auraient pris conscience de la nécessité d’un changement du système de santé, affirme le 2e baromètre du cabinet Deloitte et de l’institut Harris Interactive. L’étude, fondée sur les réponses de 2 000 personnes à un questionnaire autoadministré, du 7 au 18 février, fait le point sur les perceptions et attentes de la population, dessinant un secteur porteur pour les acteurs privés.

Si elles sont plus des 2/3 (71 %) à estimer que la France offre un accès facile aux soins, les personnes interrogées s’inquiètent d’une détérioration du fonctionnement du système médical (74 %) et de la qualité du service (68 %). Le tableau est similaire pour la Sécurité sociale : 2/3 constatent depuis un an une dégradation des remboursements de l’assurance-maladie.

Les Français sont de plus en plus nombreux à noter une augmentation des dépenses de santé. Selon ce sondage, 48 % d’entre eux auraient renoncé à des soins cette année, en raison de leur coût (30 %), et dans une moindre mesure, des temps d’attente. Parmi ceux qui touchent moins de 20 000 euros par an, ce taux s’élève à 75 %.

Des efforts, voire des hausses de cotisations

Avant de mettre la main au porte-monnaie, les Français se disent disposés à modifier leur comportement pour réduire les coûts des dépenses de santé et plus largement, pour faire évoluer le système.

Ils sont majoritairement favorables au partage de données informatiques sur la santé (78 %), ainsi qu’à l’utilisation de consultations et prescriptions à distance et de dispositifs médicaux communicants.

Pour réduire le trou de la Sécu, les Français sont 56 % à refuser les leviers classiques comme des hausses de cotisations ou des baisses de remboursements. Néanmoins 34 % sont prêts à davantage cotiser.

Ils sont aussi 83 % à déclarer recourir systématiquement aux génériques. Près de 60 % s’engageraient à ne consulter que les médecins en secteur I et autant que possible les centres de soins.

Un beau créneau pour le privé

Les assureurs et complémentaires semblent avoir le vent en poupe, suggère l’étude. Si le monopole de la Sécurité sociale venait à être remis en cause, plus d’1/4 des Français envisagent de quitter le système de base au profit d’une assurance-maladie 100 % privée. Selon Michel Sebbane, associé conseil secteur public chez Deloitte, les adhérents au régime des indépendants ou à celui de l’Alsace Lorraine seraient les plus tentés par cette option.

Enfin les Français semblent attendre de leur assureur des services en matière de santé, au-delà de son rôle de payeur. 27 % d’entre eux estiment que l’accès à un réseau de professionnels de santé est un des critères déterminant de la qualité d’une complémentaire.

Les plus fortes attentes se concentrent notamment autour de la prévention : près de 7 personnes sur 10 estiment que l’assurance-maladie doit être l’un des leviers des politiques de prévention. Les services de prévention santé sont plebiscités par près de 40 % des sondés comme moyen de fidélisation. Mais ils restent méconnus : 60 % d’entre eux ne savent pas si leur contrat implique de tels services.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
12.04.2013 à 15h53

« Juteux, qu'en savez vous? »

Répondre
 
04.04.2013 à 21h26

« Donc, si j'ai tout compris, ils sont pour la sécu, tant qu'elle tient à moitié ses promesses, sont prêts à faire un effort mais tout aussi prêts, pour une large avant-garde, à confier leur santé à d Lire la suite

Répondre
 
julien d Etudiant en santé 04.04.2013 à 21h06

« Le monopole de la Sécurité Sociale comme de la CARMF n'existe plus depuis plus de 10 ans. Directive européennes 92/49/CEE et 92/96/CEE intégralement transposées dans le droit français. De plus les c Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... Commenter

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter