Une « bonne » bactérie contre les entérocoques vanco-résistants

Une « bonne » bactérie contre les entérocoques vanco-résistants

28.02.2013
  • 1362050274413910_IMG_100070_HR.jpg

    Une « bonne » bactérie contre les entérocoques vanco-résistants

Une équipe espagnole montre chez la souris puis chez l’homme que la bactérie Barnesiella confère à l’intestin une protection contre les entérocoques résistants à la vancomycine (VRE pour Vancomycine Resistant Enterococci).

La prise d’antibiotiques, rappellent les auteurs, peut réduire la diversité du microbiote intestinal (flore intestinale) et permettre aux VRE d’envahir l’intestin et de s’y développer ; ce qui suggère que des espèces bactériennes éliminées par les antibiotiques sont des éléments clés pour prévenir la colonisation par les VRE. « Nous avons formulé l’hypothèse que si l’on repeuple l’intestin de souris avec les bactéries manquantes, cela pourrait favoriser l’élimination des VRE », indique le premier auteur de ce travail, Carles Ubeda (Valence).

Transplants fécaux

Dans un premier temps, les chercheurs espagnols ont traité des souris avec des antibiotiques, puis ils leur ont donné :

– soit des transplants fécaux provenant de souris non traitées ;

– soit des cultures aérobies provenant de transplants fécaux ;

– soit des cultures anaérobies provenant de transplants fécaux.

Résultats : on a observé une disparition des VRE tant chez les souris ayant reçu des transplants fécaux que chez les souris ayant reçu des cultures anaérobies. En revanche, rien de tel ne s’est produit chez celles qui ont reçu des cultures aérobies.

Barnesiella

Ensuite, les chercheurs ont comparé les microbiotes de chaque groupe et ils ont observé une grande différence : les souris qui avaient éliminé les VRE possédaient une bactérie anaérobie, Barnesiella ; ce qui n’était pas le cas chez celles qui n’avaient pas réussi à se débarrasser des VRE.

Enfin, les chercheurs ont analysé le microbiote fécal de patients humains qui avaient reçu une transplantation de moelle, personnes qui sont à haut risque d’être colonisées par des VRE. Résultat : « La présence de Barnesiella dans les échantillons fécaux était associée à une protection contre les VRE, ce qui suggère que, chez les humains, Barnesiella peut aussi conférer une protection contre la colonisation par VRE », estiment les auteurs.

« Ces résultats pourraient être très utiles pour le développement de nouveaux probiotiques », ajoute Carles Ubeda.

Infection and Immunity, mars 2013.

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 1

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 7

Le nouveau syndicat pour les infirmiers de bloc va consulter sur les conditions de travail

ibode

Depuis le 9 mai, les quelque 7 000 infirmiers diplômés d'État de bloc opératoire (IBODE) sont officiellement représentés par le Syndicat... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter