A l’origine du « chemo-brain », la chimiothérapie affecte la neurogenèse

A l’origine du « chemo-brain », la chimiothérapie affecte la neurogenèse

22.02.2013
  • 1361549235412650_IMG_99782_HR.jpg

    A l’origine du « chemo-brain », la chimiothérapie affecte la neurogenèse

A la suite d’un traitement par chimiothérapie, certains patients éprouvent des difficultés cognitives, une sensation nébuleuse, des problèmes de concentration et de mémoire. Ce « dysfonctionnement cognitif à la suite d’une chimiothérapie » ou plus familièrement « brouillard de la chimio », ou en anglais « chemo-brain », se révèle être dû à un effet direct de la chimiothérapie sur le cerveau.

Des neurologistes, Tracey Shors et coll. (Rutgers University) apportent des arguments montrant que des traitements par chimiothérapie réduisent la neurogenèse, et perturbent le cours des rythmes cérébraux dans les circuits responsables des apprentissages.

Réduction de 34 % de la neurogenèse

Certains rythmes de fonctionnement cérébraux sont indispensables à la connexion de régions entre elles. Des observations chez le rat traité par chimiothérapie pour un cancer, montrent une réduction de 34 % de la neurogenèse au niveau de l’hippocampe et une interférence du produit antimitotique (temolozomide) avec des rythmes de fonctionnement (comparativement à des animaux non traités). Au total, les rats ont des difficultés à apprendre des tâches difficiles. Toutefois, le traitement n’a pas perturbé la mémoire des éléments déjà intégrés antérieurement.

Ainsi, cela peut expliquer que les patients ont des difficultés à se remémorer des conversations récentes, à intégrer des nouvelles tâches compliquées, mais qu’ils n’ont pas de perturbation pour accomplir les activités quotidiennes simples.

European Journal of Neuroscience, 21 février 2013.

Dr BÉ.V.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
24.02.2013 à 14h27

« Mais est-ce transitoire ou définitif ?? »

Répondre
 
23.02.2013 à 08h15

« Quid de la chimio en onco-pédiatrie. »

Répondre
 
23.02.2013 à 07h44

« Si ces patients ont une douleur neuropathique secondaire traitée par des antiépileptique (lyrica,neurontin) ils ont de très gros troubles de concentration, perte des mots, incapacité de programmer.. Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter