Cancers : aucune excuse pour l’alcool

Cancers : aucune excuse pour l’alcool

18.02.2013
  • 1361204899411361_IMG_99407_HR.jpg

    Cancers : aucune excuse pour l’alcool

L’alcool est impliqué dans 1 décès sur 30 par cancer (un peu plus de 3 %). Dans le cas du cancer du sein, la proportion est même plus importante, puisque ce sont 15 % de ces décès qui s’associent à une consommation d’alcool.

« Il ne faut pas penser qu’une consommation modérée d’alcool peut avoir un effet positif », ajoutent les auteurs du rapport américain, « car 30 % de tous les décès associés à la consommation d’alcool sont liés à une prise de 1,5 verre d’alcool par jour ou moins », note le rapport. Même si une consommation basse d’alcool a été associée à des bénéfices cardiovasculaires, les analyses montrent qu’il en va différemment dans le contexte du cancer. Globalement « l’alcool est responsable de dix fois plus de décès qu’il n’en prévient ».

6 000 décès par an aux États-Unis

Le Dr David Nelson (directeur du « Cancer Prevention Fellowship Program » américain), auteur principal de la publication dans l’« American Journal of Public Health », écrit : « la meilleure chose à faire pour ceux qui s’estiment à risque de cancer, est de réduire leur consommation d’alcool ».

Au-delà du cancer du sein, les cancers de la bouche, de la gorge et de l’œsophage, du foie, du côlon, du rectum figurent parmi ceux où l’alcool semble avoir une forte participation, écrivent les auteurs. Aux États-Unis, environ 6 000 décès par cancer liés à l’alcool sont comptabilisés chaque année.

Les auteurs indiquent que les mécanismes d’accroissement du cancer par l’alcool ne sont pas connus. Agit-il comme un irritant de certaines cellules sensibles ? Empêche-t-il la réparation de l’ADN ? Est-il un solvant de certains composés carcinogènes (comme ceux trouvés dans la fumée de cigarette), aidant ces corps chimiques à pénétrer dans la cellule ? Agit-il en augmentant l’activité estrogénique ? Les questions restent posées.

American Journal of Public Health, en ligne le 14 février 2013.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
19.02.2013 à 22h56

« Déjà connu, recommandation zéro alcool après un cancer du sein par ex ; de même que pour le tabac, le public a beaucoup de mal à admettre que alcool et tabac sont les plus grands pourvoyeurs de canc Lire la suite

Répondre
 
19.02.2013 à 22h52

« L'un n'empêche pas l'autre ! S'attaquer au "lobby" alcoolique et supprimer un traitement anti-acné à risque, ce ne sera pas uniquement 4 décès, le comptage ne fait que commencer. » Profession gynéco Lire la suite

Répondre
 
18.02.2013 à 19h16

« 4 décès en 25 ans et on interdit un excellent médicament mais les politiques oseront-ils s'attaquer au "lobby alcoolique" ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, médecin humanitaire, a été promu au rang d'officier de la légion d'honneur le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, il... 21

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment des villes moyennes font reculer les déserts

Abonné
Villes moyennes

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter