Il y a ceux qui se souviennent très bien de leurs rêves et les autres

Il y a ceux qui se souviennent très bien de leurs rêves et les autres

22.01.2013
  • 1358845910403561_IMG_97315_HR.jpg

    Il y a ceux qui se souviennent très bien de leurs rêves et les autres

Selon des chercheurs en neurosciences français, il y aurait une manière différente de fonctionner entre les cerveaux des petits et grands rêveurs. Les deuxièmes seraient plus « distractibles ».

Les personnes qui déclarent faire beaucoup de rêves, rêvent-elles effectivement plus que les autres, ou ont-elles une faculté supérieure aux autres à s’en souvenir ? Cette question n’avait pas de réponse scientifique. Des chercheurs de l’INSERM (Centre de recherches en neurosciences, Lyon) se sont efforcés d’en trouver une*.

Ils ont enregistré l’activité électrique du cerveau de deux groupes de volontaires : des personnes qui se rappellent très souvent leurs rêves, et d’autres qui s’en souviennent rarement. Ces personnes ont été également soumises à des sons au cours du sommeil et au cours de l’éveil pour enregistrer les potentiels évoqués.

Pas de mémorisation pendant le sommeil ?

L’analyse des signaux électriques cérébraux montre de grandes différences dans les réponses évoquées par les sons chez les grands et les petits rêveurs, pendant le sommeil comme pendant l’éveil.

Les résultats « suggèrent que les personnes qui se souviennent fréquemment de leurs rêves ont une organisation cérébrale fonctionnelle particulière, dans tous les états de vigilance, que ce soit pendant le sommeil ou pendant l’éveil ». Ce qui favoriserait soit la production des rêves, soit la mémoire de ces rêves.

Ces résultats ne confortent pas l’hypothèse qui court depuis les années 1960, selon laquelle il y aurait un lien fort entre le rêve et le sommeil paradoxal. Mais ils vont dans le sens d’une autre hypothèse, « sur le fait que nous ne pouvons rien mémoriser pendant le sommeil ».

Les chercheurs montrent que les « grands rêveurs » cumulent en moyenne 15 minutes d’éveil pendant la nuit, contre 5 minutes chez les « petits rêveurs ». Les grands rêveurs seraient plus réactifs à l’environnement. Ils seraient plus « distractibles » que les petits rêveurs.

* Revue Cerebral Cortex.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
Michel Bignant

Gilets jaunes, violences : « C'est épuisant, physiquement et psychologiquement », lance le médecin chef des pompiers de Paris

À la veille d'un cinquième samedi de mobilisation de certains Gilets jaunes, le Dr Michel Bignand, 51 ans, médecin chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) détaille au « Quotidien » l'organisation de ses équipes dan... 5

Une alimentation à base de maïs OGM ne montre « aucun d'effet délétère » chez le rat

OGM MAIS

Il n'est pas possible de distinguer par leur métabolisme ou leur état de santé des rats nourris de maïs OGM de rats nourris au maïs... Commenter

La prostatectomie radicale améliore la survie des patients atteints de cancer de la prostate localisé

prostatectomie

Face à un patient atteint d'un cancer de la prostate localisé, la prostatectomie améliore la survie de près de 3 ans, comparés à une... 1

Gradation des soins, financement, synergie avec l'université : à Poitiers, Buzyn et Vidal écoutent les CHU mais ne tranchent pas

chu

Poitiers n'est certainement pas le plus grand des centres hospitalo-universitaires (CHU) français mais c'est ici que se discutait l'avenir... Commenter

Un Français sur trois a le sentiment qu’un examen ou un acte médical superflu lui a été prodigué

urgences

Sept Français sur dix n'ont jamais entendu parler des 130 services d'urgences des cliniques de médecine, chirurgie et obstétrique. C'est... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter