HPV : le HCSP prône une vaccination des jeunes filles dès 11 ans

HPV : le HCSP prône une vaccination des jeunes filles dès 11 ans

21.01.2013
  • 1358783232403559_IMG_97313_HR.jpg

    HPV : le HCSP prône une vaccination des jeunes filles dès 11 ans

Dans un nouvel avis relatif à la révision de l’âge de la vaccination contre les infections à papillomavirus humaines des jeunes filles, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) en « cohérence » avec les dernières données du Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (ECDC), recommande que cette vaccination « puisse être pratiquée entre les âges de 11 et 14 ans » . Dans son avis, le HCSP « rappelle que l’obtention d’une couverture vaccinale élevée représente un objectif prioritaire tant pour la protection des jeunes filles que pour l’induction d’une immunité de groupe ».

Or, les dernières données disponibles (Cnam-TS / InVS) témoignent d’ « un infléchissement de l’adhésion à la vaccination entre 2010 et 2011 ». Au 31 décembre 2011, le taux de vaccination pour les jeunes filles nées en 1993 (18 ans), 1994 (17 ans), 1995 (16 ans) et 1996 (15 ans) s’élève respectivement pour une dose à 53 %, 53,8 %, 46,8 % et 35,8 % et pour trois doses respectivement de 36,9 %, 39 %, 31,2 % et 20,2 %.

« Cette couverture vaccinale basse pourrait ne pas permettre de garantir la mise en place d’une immunité de groupe », souligne le HCSP qui constate que les niveaux de couverture élevés sont obtenus « dans les pays (Royaume-Uni, Australie) qui vaccinent dans les écoles ».

Des difficultés pour la troisième dose

D’après le Haut Conseil, ces données de couverture vaccinale peuvent également refléter la difficulté à ne pouvoir vacciner en France qu’à partir de l’âge de 14 ans. Tandis que les données françaises illustrent « une certaine difficulté à compléter le schéma vaccinal et notamment à administrer la 3e dose », le Haut Conseil recommande aussi que « l’âge de rattrapage soit limité à 20 ans (19 ans révolus) », cette vaccination n’étant plus « sous-tendue par la notion de l’âge de début de l’activité sexuelle ».

En 2008, la vaccination contre le papillomavirus intégrée au calendrier vaccinal prévoyait une politique de rattrapage jusqu’à 23 ans. « Après cinq années de recul, on constate que l’initiation de la vaccination se fait majoritairement avant l’âge de 16 ans » et que « la politique de rattrapage nécessairement basée sur la date d’initiation de l’activité sexuelle s’avère en pratique très difficile à respecter », justifie le HSCP.

S’agissant de la vaccination contre les infections à papillomavirus humain entre 11 et 14 ans, le Haut Conseil préconise enfin de « mettre à profit » toute opportunité, en particulier les rendez-vous vaccinaux, pour « initier la vaccination de celles qui ne l’auraient pas encore faite avec une possibilité de co-administration avec un autre vaccin » (vaccin tétravalent diphtérie-tétanos-coqueluche-polio, vaccin hépatite B).

 DAVID BILHAUT
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
22.01.2013 à 11h45

« Disposons-nous de données suffisantes pour affirmer que cette vaccination a un réel impact sur la morbi-mortalité liée à l'HPV ? Les souches responsables à terme de cancers ne sont pas les mêmes en Lire la suite

Répondre
 
22.01.2013 à 07h21

« OK avec le HCSP, pour une population, l'immunité de groupe est un objectif qui incite à vacciner tôt...
Ma fille a 10 ans, je suis professionnel de la santé, en principe informé, je ne sais pas pour Lire la suite

Répondre
 
21.01.2013 à 20h08

« Et les jeunes garçons !
Toujours un train de retard, faut-il rappeler que le HPV est l'agent de certains cancers de la gorge et de nombreux cancers anaux, le cancer du penis étant rare en France. Et Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 4

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

Tarifs, avantage maternité, installation : À Avignon, les remplaçants de REAGJIR distillent les bons et mauvais points de 2017

Deux jeunes médecins, les Drs Charline Boissy et Pierre de Bremond d’Ars, se sont improvisé journalistes à l'occasion du « Grand petit... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter