Au ministère d’Arnaud Montebourg, « on croit à la santé comme facteur de croissance économique »

Au ministère d’Arnaud Montebourg, « on croit à la santé comme facteur de croissance économique »

05.12.2012
  • 1354722591395804_IMG_95345_HR.jpg

Le salut économique de la France passera-t-il par la santé ? Est-ce un secteur de surendettement ou de croissance ? Telles sont les questions que l’économiste Claude Le Pen (Paris Dauphine) a posées mercredi à Gilles Rabin, conseiller auprès du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, lors d’un colloque santé organisé à Paris par l’association Dessein.

Gilles Rabin a tout d’abord rappelé que la santé est l’une des « filières industrielles d’avenir » à laquelle François Hollande a explicitement fait référence pendant la campagne présidentielle. « Nous croyons à la santé comme facteur de croissance économique », a-t-il expliqué.

Comment ? En misant sur l’industrie pharmaceutique.

Pour l’économiste, deux chemins sont possibles : « laisser des entreprises qui fonctionnent bien délocaliser leur pôle recherche pour des raisons stratégiques et produire leurs molécules à l’extérieur de l’Europe » ou « travailler avec l’industrie pharmaceutique au développement de la recherche et au maintien de la production en France ». Clairement, le cabinet d’Arnaud Montebourg penche pour la seconde option. « On a autant de biotechs en France et en Allemagne réunies qu’à Boston », peste Gilles Rabin.

Donner de la lisibilité au médicament

Par quels moyens éviter la sous-traitance dans la production, la fuite des chercheurs à l’étranger et la perte « d’entreprises pharmaceutiques de dimension mondiale du territoire national » ? Gilles Rabin cite deux outils pour « relancer la compétitivité » et « donner de la lisibilité au médicament » : Oséo, entreprise publique à fonctionnement privé qui finance l’innovation et la croissance des petites et moyennes entreprises (PME) et la banque publique d’investissement (BPI), organisme public chargé de garantir leur financement.

Selon les chiffres du LEEM (les entreprises du médicament), 40 000 personnes travaillent en France sur 224 sites de production pharmaceutique. Pourtant, en 2011, aucun des 47 médicaments enregistrés par l’Agence européenne du médicament n’a été fabriqué sur le territoire. La pharmacie est l’un des rares secteurs industriels dont la balance commerciale est excédentaire, de 5,4 milliards d’euros l’an dernier.

 ANNE BAYLE-INIGUEZ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
06.12.2012 à 09h58

« Que penser alors de la politique du tout générique? et le patient dans tout cela ? »

Répondre
 
05.12.2012 à 20h00

« On fait pourtant tout pour tuer cette industrie.
Oph retraité. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 10

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter