Les jeux vidéo améliorent les performances des chirurgiens

Les jeux vidéo améliorent les performances des chirurgiens

16.11.2012
  • 1353087103390168_IMG_94004_HR.jpg

    Les jeux vidéo améliorent les performances des chirurgiens

Tout est parti de l’étonnement d’un chirurgien bluffé de constater que son fils accro aux jeux vidéo ne se débrouillait pas mal du tout, une fois installé aux commandes d’un simulateur de chirurgie lors d’un congrès médical. « Sans entraînement préalable, il était immédiatement à l’aise avec la technologie et le type de mouvements nécessaires pour opérer à l’aide du robot », commente le Dr Sami Kilic, gynéco-obstétricien à l’université du Texas et auteur principal d’une étude sur l’apport des jeux vidéo dans l’enseignement de la chirurgie.

Maniement des instruments, coordination œil-main et habileté à attraper, toutes ces qualités nécessaires à la réalisation d’actes chirurgicaux tels que suturer, enfiler une aiguille ou soulever un instrument étaient plus développées chez les étudiants jouant deux heures par jour et les lycéens 4 heures par jour, voire davantage, par rapport aux jeunes médecins.

Deux heures de jeu par jour

Ce sont 11 chefs de clinique, 9 jeunes étudiants en médecine et 9 lycéens qui ont répondu à l’appel pour constituer les trois groupes âgés en moyenne respectivement de 31, 21 et 16 ans. Les meilleurs résultats ont été constatés chez les étudiants jouant deux heures par jour et pas au-delà de 4 heures.

Mais si les jeunes inexpérimentés montraient d’étonnants résultats sur les 20 paramètres de compétence et les 32 étapes d’enseignement testés à l’aide du simulateur de chirurgie assistée par robotique, il n’en était pas de même lors d’une simulation de chirurgie laparoscopique non assistée. Lors d’un scénario comportant une complication technique ne faisant pas appel à la coordination spatiale, les médecins confirmés s’en sortaient bien mieux. Ouf ! « La plupart des médecins n’ont pas reçu d’enseignement de chirurgie robotique à la faculté de médecine, souligne le Dr Kilic. (...) Nous devrions repenser l’enseignement pour la génération à venir. »

41e Congrès annuel mondial de gynécologie mini invasive, à Las Vegas, le 15 novembre 2012.

Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Même pas besoin de tousser ou d’éternuer, la grippe pourrait se transmettre juste par la respiration

grippe

La transmission de la grippe serait encore plus facile qu’on le croit, selon une étude parue dans les « PNAS », puisque simplement respirer... 7

Le conflit se durcit entre les médecins régulateurs et l’ARS en Haute-Garonne

samu

Début d’année compliqué pour les acteurs de la permanence des soins en Haute-Garonne. En grève illimitée depuis le 1er janvier, les... 4

Combiner l’ADN circulant et les marqueurs sériques pour détecter précocement huit cancers

cancer biopsie

Des chercheurs de l’école de médecine de l’université Johns Hopkins à Baltimore (Maryland) ont mis au point une nouvelle forme de biopsie... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter