Une autogreffe de globules blancs pour régénérer les artères distales

Une autogreffe de globules blancs pour régénérer les artères distales

09.10.2012
  • 1349801074378357_IMG_90909_HR.jpg

    Une autogreffe de globules blancs pour régénérer les artères distales

Des Français rapportent des travaux précliniques novateurs, explorant une possibilité d’autogreffe de cellules sanguines pour régénérer les artères distales.

Un procédé très novateur de greffe cellulaire autologue, avec utilisation de facteurs de croissance, est mis au point pour aborder les artériopathies ischémiques des membres inférieurs, dont souffrent les patients diabétiques.

Ces travaux, dirigés par le Pr Bernard Lévy, sont au stade préclinique. L’étude a été réalisée sur un modèle de souris diabétiques porteuses d’une artériopathie (ischémie induite de la patte arrière). L’équipe a dans un premier temps collecté des globules blancs mononucléés de patients diabétiques et les a stimulées in vitro par un « complexe moléculaire éphrine B2-Fc, connu pour jouer un rôle majeur dans la formation des vaisseaux au cours du développement embryonnaire », expliquent les équipes. Les cellules traitées ont ensuite été réinjectées par voie intraveineuse aux souris.

Des résultats après deux semaines

En deux semaines, une régénération des vaisseaux est apparue, avec une restauration de l’irrigation sanguine de la patte arrière des animaux. « Le mécanisme principal repose sur la capacité des cellules sanguines traitées par l’éphrine à mobiliser et à activer les cellules souches progénitrices de la moelle osseuse des souris receveuses. »

Les avantages escomptés de cette procédure sont multiples : une source de cellules d’accès facile, un procédé peu traumatisant, la possibilité de renouveler le geste thérapeutique aussi souvent que nécessaire. En effet, « la quantité de cellules prérelevées en une seule fois chez le patient permettrait de réaliser une trentaine de greffes autologues ».

Actuellement, pour aborder les ischémies critiques des membres inférieurs chez les diabétiques, au-delà des traitements médicaux classiques et des techniques de chirurgie vasculaire (pontages, stents…), les alternatives thérapeutiques sont inexistantes. Et de nombreux patients n’ont de recours ni médical, ni chirurgical.

Travaux menés par des chercheurs de l’AP-HP (Institut des Vaisseaux et du sang, hôpital Lariboisière) et de l’INSERM (U 970, Paris « centre de recherche cardiovasculaire »), publiés dans Diabetes 2012, octobre ; 61(10) : 2621-32.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 9

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 4

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter