Deux tiers de la surmortalité infantile dans les DOM dus aux affections périnatales

Deux tiers de la surmortalité infantile dans les DOM dus aux affections périnatales

11.09.2012
  • drees

    Deux tiers de la surmortalité infantile dans les DOM dus aux affections périnatales

Entre 2000 et 2008, le taux de décès avant l’âge d’un an d’enfants nés vivants est demeuré deux fois plus élevé au sein des départements d’outre mer (7,8 décès pour mille) qu’en France (3,8 pour mille) indique une nouvelle étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES). Cette dernière corrobore une précédente enquête publiée en avril dernier par l’institut national d’études démographiques (INED) portant sur la période 2005-2009.

C’est en Guyane que la mortalité infantile s’avère la plus élevée (11,8 pour mille), loin devant la Martinique (7,2 pour mille) la Guadeloupe (7,1 pour mille) et la Réunion (6,8 pour mille). Sur la période 2000-2008, le nombre de décès moyen varie entre 39 et 99 selon les DOM, sans qu’aucune tendance ne se dégage et ce « malgré l’utilisation de méthodes statistiques adaptées à l’analyse d’événements rares », remarque la DREES.

D’après l’étude, deux tiers de la surmortalité dans les DOM sont dus à des affections survenant au cours de la période périnatale. « Quel que soit le DOM, la mortalité infantile par affections de la période périnatale est supérieure à celle de la France métropolitaine, allant de 419 pour 100 000 naissances en Guadeloupe et à la Réunion à 551 en Guyane pour un taux métropolitain de 182 », souligne la DREES. Les malformations congénitales et anomalies chromosomiques expliquent à elles seules 13 % de l’écart avec la France métropolitaine.

Morts violentes plus élevées

Si la hiérarchie des causes de décès avant un an diffère généralement peu entre les départements ultramarins et métropolitains, des disparités existent dans le champ des causes de décès inconnues ou mal définies (de 5 % à la Réunion à 16 % en Guyane contre 14 % en métropole). « Des différences dans la certification des causes de décès sont possibles selon les départements, probablement en rapport, pour certains, avec les moyens de diagnostic », commente la DREES, notamment dans le domaine des décès par mort subite du nourrisson, plus fréquemment notifiés en métropole.

Selon l’étude, d’autres causes pourraient également être sous-estimées dans les DOM, en témoigne la forte part de décès de causes inconnues pour la période néonatale précoce en Guyane (107 pour 100 000 naissances contre 12 pour 100 000 en France métropolitaine). Après 28 jours, le taux de décès par maladies infectieuses (de 5 % à la Réunion à 12 % en Guyane) et par morts violentes (de 7 % en Guadeloupe à 13 % en Guyane) reste plus élevé dans les DOM qu’en France métropolitaine, mais contribue toutefois peu au différentiel.

 DAVID BILHAUT
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 7

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter