Congrès de l’ESC : les femmes meurent moins que les hommes après TAVI

Congrès de l’ESC : les femmes meurent moins que les hommes après TAVI

28.08.2012

Les femmes présentant un rétrécissement aortique sévère et bénéficiant d’un remplacement valvulaire par voie percutanée (TAVI) ont un risque de décès de 40 % inférieur à celui des hommes après la procédure.

Dès PARTNER

La première étude à avoir relevé une différence selon le sexe dans les résultats du TAVI est aussi celle qui fait référence pour cette procédure qui n’a que 10 ans d’existence, l’étude PARTNER : à un an, le taux de mortalité était moindre chez les femmes par rapport aux hommes. Cependant, cet essai n’avait pas prévu d’ajustement des caractéristiques à l’inclusion. La FDA (pour les “device”) a donc demandé d’autres essais pour répondre à la question : les résultats du TAVI sont-ils réellement meilleurs chez les femmes que chez les hommes ?

50 % de femmes dans le nouvel essai

L’étude qui vient d’être présentée par le Pr Karin Humphries à l’ESC y répond. Six cent quarante et un patients consécutifs dont 51,3 % femmes présentant un Rao sévère et orienté vers le TAVI entre juillet 2005 et septembre 2011 ont été suivis pendant 2 ans, le critère primaire étant la mortalité. « La grande difficulté dans les essais est de randomiser des femmes, s’est félicité le Pr Humphries, qui ne constitue en général que 20 à 25 % des effectifs. Dans notre étude, elles représentent la moitié de l’effectif ce qui est important. »

Les caractéristiques démographiques étaient similaires à l’inclusion entre hommes et femmes et la sévérité de l’insuffisance cardiaque comparable. Les femmes avaient en revanche des pressions aortiques supérieures et une fonction rénale plus altérée, mais une meilleure fraction d’éjection. Les hommes présentaient plus de comorbidités, en particulier plus d’antécédents d’infarctus, et de bronchopneumopathie chronique obstructive.

Un taux de mortalité inférieur malgré des complications plus fréquentes

Après TAVI, les femmes présentaient plus de complications que les hommes, 12,4 % versus 5,4 % pour celles liées à la procédure et 21,6 % versus 15,8 % pour les complications hémorragiques. Pourtant, malgré ces complications plus fréquentes, le taux de mortalité était inférieur dans le groupe des femmes (6,5 % chez les femmes contre 11,2 % chez les hommes) à 30 jours. Une différence qui persiste au long cours.

Dr ANNE TEYSSÉDOU-MAIRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

À La Baule, l'exécutif s'emploie à rassurer les managers d'hôpital « saturés » par les GHT

Cécile Courrèges

Six heures de train pour quinze minutes de discours. En faisant dans la même journée un aller-retour Paris/La Baule (Loire-Atlantique) pour... Commenter

Les ophtalmos veulent former au moins 200 internes par an pour réduire les délais de rendez-vous

ophtalmologistes

Le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) a annoncé ce vendredi vouloir poursuivre le travail engagé pour réduire les... Commenter

Solidays, Marche des fiertés... Paris se mobilise contre le SIDA

Solidays

Ce week-end se tiendra la 19e édition du festival Solidays à l'Hippodrome de Longchamp, à Paris. En plus des 80 concerts proposés, le... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter