Des auto-anticorps anti-interféron associés à des infections opportunistes

Des auto-anticorps anti-interféron associés à des infections opportunistes

27.08.2012
  • 1346082955367031_IMG_88249_HR.jpg

    Des auto-anticorps anti-interféron associés à des infections opportunistes

La présence d’anticorps anti-interféron gamma (INFG) est associée à des infections opportunistes sévères, telles que celles que l’on rencontre dans le sida. Biologiquement, le contrôle d’infections à mycobactéries, à des levures dimorphiques et aux salmonelles repose (entre autres) sur l’intégrité de l’interféron gamma.

La notion d’anticorps anti-cytokines impliqués dans l’irruption de ces pathologies est en train de devenir notoire dans un certain nombre de cas. Depuis 2004, des cas familiaux d’infections opportunistes associés à des auto-anticorps neutralisants anti-INFG sont décrits de plus en plus fréquemment.

Sarah K. Browne et coll. publient dans le « New England Journal of Medicine » une étude chez un groupe de personnes résidant dans des régions en Asie de l’Est où le syndrome de prédisposition à des infections opportunistes est fréquent. Dans cette étude chez 203 personnes originaires de Thaïlande et de Taïwan et souffrant d’infections opportunistes en dehors de la présence du VIH, comparés à 48 témoins sans infections opportunistes, les auteurs décèlent la présence d’anticorps neutralisants anti-INFG chez 88 % des adultes présentant des infections opportunistes multiples. Dans cette population, les infections (mycobactéries tuberculeuses ou non, disséminées ou pulmonaires ou méningées, infections à virus varicelle zona) sont apparues à l’âge adulte et la présentation est semblable à ce qui est décrit dans l’infection par le VIH évoluée.

Les auteurs remarquent que de nombreux patients ayant ces infections opportunistes sont difficiles à traiter. « Ils demeurent infectés activement malgré un traitement anti-microbien bien conduit. » Cette observation suggère l’intérêt de faire des recherches sur un traitement ciblant les auto-anticorps anti-INFG.

New England Journal of Medicine, 23 août 2012.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, médecin humanitaire, a été promu au rang d'officier de la légion d'honneur le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, il... 21

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment des villes moyennes font reculer les déserts

Abonné
Villes moyennes

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter