La ménopause, une bonne distance entre belle-mère et belle-fille

La ménopause, une bonne distance entre belle-mère et belle-fille

22.08.2012
  • ménopause

Pourquoi, à la différence de ce que l’on observe chez la plupart des mammifères, la vie reproductive des femmes s’arrête-t-elle aux alentours de la cinquantaine ? Probablement pour éviter une compétition délétère entre belle-mère et belle-fille. Ainsi que pour permettre aux femmes mûres de s’occuper de leurs petits-enfants : aller leur chercher de la nourriture et les protéger contre les accidents et les maladies.

Parmi les grands mystères de la nature, il y a la ménopause : pourquoi les femmes, à la différence de la plupart des autres animaux, perdent-elles leur capacité à se reproduire aussi tôt dans la vie ? On a peu eu l’occasion de chercher à résoudre cette énigme car il faut pour cela recueillir des données sur les succès, en termes de reproduction, sur plusieurs générations de femmes, tout en sachant qui a vécu avec qui et quand. C’est dire tout l’intérêt du nouveau travail publié dans « Ecology Letter » par des chercheurs de quatre universités : une en Finlande (Turku), deux au Royaume-Uni (Exeter et Sheffield) et une aux États-Unis (Stanford). Les chercheurs ont analysé les données collectées par Virpi Lummaa (Sheffield) et Mirkka Lahdenperä (Turku) à partir de registres des églises de l’ère pré-industrielle de Finlande. Ils ont étudié les informations concernant les taux de naissance et de décès de 1700 à 1900 ; soit bien avant la contraception moderne et l’avènement des systèmes de soins.

Petits-enfants : risque de décès avant 15 ans

Les analyses révèlent que les femmes avaient plus de petits-enfants si elles arrêtaient de se reproduire aux alentours de 50 ans. Les chercheurs estiment que cela est dû en partie à une diminution de la compétition entre la femme vieillissante et sa belle-fille et en partie parce qu’elle peut ainsi apporter une aide à ses petits enfants. En effet, l’analyse de registres montre qu’un enfant né dans une famille où la belle-mère et la belle-fille se reproduisaient en même temps avait deux fois plus de risque de mourir avant l’âge de 15 ans ; ce qui n’était pas le cas dans les familles où une mère et sa fille avaient des bébés en même temps. Ce qui suggère que des parentes se reproduisent de façon coopérative et que des femmes non apparentées se reproduisent de façon conflictuelle.

Pour les auteurs, il existe clairement un bénéfice biologique pour une femme à coopérer avec sa fille : elles ont 50 % de leurs gènes en commun, donc être en compétition pour la nourriture ou autres ressources n’aurait aucun sens. Ce qui n’est pas le cas entre une belle-mère et une belle fille qui ont tout intérêt à maximiser leurs chances de diffuser leurs gènes.

Les hommes…

Finalement, les données finlandaises montrent qu’une femme tirerait un bénéfice à arrêter de se reproduire vers 51 ans si elle risque d’avoir un bébé en même temps que sa bru, mais pas avec sa fille.

« Nous sommes tellement habitués au fait que les femmes ont une ménopause que nous oublions que c’est un phénomène bizarre. Selon les théories évolutionnistes, on s’attend à ce que les animaux puissent se reproduire pendant toute leur vie, ce qui est exactement ce qui se passe chez presque toutes les espèces connues, y compris, chez les humains, les hommes, souligne Andy Russell, un des auteurs. Alors, pourquoi est-ce si différent chez les femmes ? Notre étude montre pour la première fois que la réponse pourrait résider dans la relation entre belle-mère et belle-fille. »

Ecology Letter du 23 août 2012.

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
04.09.2012 à 21h13

« Merci pour les réactions... tous les medecins ne sont pas noyés dans la soupe des stats ! »

Profession:Médecin

Répondre
 
23.08.2012 à 13h12

« On cherche l'intérêt d'une telle étude ! »

Répondre
 
23.08.2012 à 12h23

« Cette étude sur la ménopause me paraît un peu légère et aléatoire... Existait-il une ménopause chez les femmes il y a 2000 ou 3000 ans ? Vivaient-elles déjà avec leur belle-mère ? »

Répondre
 
23.08.2012 à 12h01

« C'est de la corrélation statistique forcée. »

Répondre
 
23.08.2012 à 09h35

« Cette enquête est le prototype de la pseudo science qui tend à étendre comme une donnée universelle un comportement sociétal, parfaitement déterminé, daté, et occidento centré, et qui fait la part b Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 9

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter