Lutte contre le sida : il faut une nouvelle gouvernance mondiale

Lutte contre le sida : il faut une nouvelle gouvernance mondiale

26.07.2012
  • 1343318307366247_IMG_88088_HR.jpg

    Lutte contre le sida : il faut une nouvelle gouvernance mondiale

« Aujourd’hui, nous sommes à un moment où il va falloir réfléchir avec d’autres pays, et notamment les États-Unis, à la mise en place d’une nouvelle gouvernance pour faire avancer de nouveaux projets », a déclaré la ministre de la Santé Marisol Touraine lors de la 19e conférence internationale sur le sida qui se tient jusqu’à demain à Washington (lire notre dossier spécial).

Les États-Unis ambitionnent de faire émerger une « génération sans sida ». Une génération où « aucun enfant (ne devrait) naître porteur du virus », a évoqué la secrétaire d’État, Hillary Clinton qui a promis 150 millions de dollars supplémentaires pour lutter contre cette maladie. François Hollande a également indiqué que la France poursuivrait sa participation au Fonds mondial contre le sida en la diversifiant au moyen de « financements innovants ». À commencer par la taxe sur les transactions financières qui va être mise en place « dès le 1er août ».

Neufs pays engagés

Interrogée à ce sujet, Marisol Touraine a estimé qu’il était encore « trop tôt pour estimer le montant ». Si « la part qui sera affectée à la lutte contre le sida reste inconnue », l’initiative « a le mérite d’exister », considère l’association Aides dans un communiqué. La ministre de la Santé a précisé qu’à ce jour, huit autres États membres de l’Union européenne seraient partants pour appliquer cette nouvelle taxe (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Italie, Grèce, Portugal et Slovénie).

François Hollande propose « d’élargir cette taxe au sein de l’Europe et du monde » pour dégager des moyens plus significatifs. « Dans un contexte, je le sais difficile sur le plan économique, sur le plan financier, l’engagement des États et des donateurs est indispensable », a-t-il insisté dans son discours de Washington.

8,2 milliards par an

Entre 2008 et 2011, le financement de la communauté internationale pour la lutte contre le VIH est demeuré relativement stable, de l’ordre de 8,2 milliards de dollars par an. Les États-Unis assurent 48 % de ce montant. La France apporte 360 millions d’euros par le biais du Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme. « Si nous continuons avec le même niveau d’investissement que celui que nous avons jusqu’ici, sans rien changer, les dix prochaines années conduiront à une situation de stagnation et il n’y aura pas d’évolution positive dans le nombre de nouvelles infections à VIH », a prévenu mardi le Dr Bernard Schwartländer, directeur du département Réalité, Innovation et Politique de l’ONUSIDA.

Soutenir la dynamique des pays touchés

Ce soutien international s’avère d’autant plus indispensable en cette période charnière que les pays à faibles revenus et à revenus intermédiaires s’engagent aujourd’hui davantage pour faire reculer ce fléau dans leur territoire. Selon un récent rapport de l’ONUSIDA, 81 pays ont augmenté de plus de 50 % leurs investissements nationaux consacrés au sida entre 2006 et 2011.

« Les pays les plus durement touchés par l’épidémie sont en train de se prendre en charge et d’adopter une position de leader dans la riposte face au VIH », constate Michel Sidibé, directeur exécutif de l’agence. Mais « cela ne suffit toutefois pas à stabiliser le niveau de l’assistance internationale, qui doit augmenter si nous voulons atteindre les objectifs fixés pour 2015 », prévient-il.

Les États membres des Nations Unies se sont engagés à fournir un traitement antirétroviral à 15 millions de malades d’ici à 2015. À ce jour, cet accès aux antirétroviraux est effectif pour 54 % d’entre eux. Environ 35 millions de personnes (97 % vivant dans les pays pauvres) vivent dans le monde avec le VIH.

 DAVID BILHAUT
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
evenement
Focus

Des blouses blanches entre doléances et revendications

Ils sont plus de 200 praticiens à avoir alimenté la consultation lancée fin janvier par « Le Quotidien ». Il ressort de celle-ci un profond sentiment d’inquiétude et souvent une incompréhension face aux réformes de ces dernières années. Avec une ligne de force : la profession veut avoir davantage voix au chapitre. Et les médecins sont prêts à prendre l’initiative. La preuve ? Ils font des... 1

Le nombre de cas de rougeole a bondi de 50 % en 2018, selon l'OMS

rougeole

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur un bond d'environ 50 % des cas signalés de rougeole en 2018 par rapport à 2017. À la... 8

Dépistage organisé du cancer du sein : de bonnes performances malgré une légère baisse de la participation

depistage cancer sein

Malgré un taux de participation en légère baisse, les indicateurs de performance du dépistage organisé du cancer du sein « attestent de la... 6

Téléconsultation : des syndicats et l'Ordre s'inquiètent de « dérives commerciales »

teleconsult

Cinq mois jour pour jour après la généralisation de la téléconsultation, MG France s'alarme ce vendredi de « dérives commerciales » non... 5

48 heures par semaine maximum ? 50 % des internes de médecine générale dépassent le temps de travail réglementaire

internes

Surcharge de travail, pression des médecins seniors : un interne en médecine générale sur deux (en première, deuxième ou troisième année),... 13

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter