Génériques, maîtrise médicalisée : les pistes de la CNAM pour économiser 2,2 milliards en 2013

Génériques, maîtrise médicalisée : les pistes de la CNAM pour économiser 2,2 milliards en 2013

17.07.2012
  • 1342530932365190_IMG_87845_HR.jpg

L’assurance-maladie vient de rendre publiques les 35 pistes qu’elle propose au gouvernement pour réaliser 2,2 milliards d’euros d’économies et contenir la hausse des dépenses de santé à 2,7 % en 2013 dans le prochain projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS). Sans mesures correctrices, ces dépenses progresseraient naturellement de 4 % par an.

Dans un document baptisé « Charges et produits », qu’elle doit adopter lors d’un prochain conseil, jeudi, l’assurance-maladie préconise une évolution des tarifs des produits de santé (850 millions d’euros), médicaments et dispositifs médicaux. Elle recommande également de poursuivre la maîtrise médicalisée des soins de ville (550 millions), l’efficience hospitalière sur les achats (210 millions), l’ajustement des tarifs des professionnels de santé (150 millions), l’amélioration des prescriptions médicamenteuses à l’hôpital (150 millions) ou encore la lutte contre la lutte et les abus en ville et à l’hôpital (100 millions).

assurance_maladie.png

Comme nous l’avions déjà évoqué, la CNAM veut réduire le coût de la prise en charge des arthroscopies du genou, de la chirurgie des hernies et des varices, des cancers colorectaux mais aussi du diabète et de l’insuffisance cardiaque.

Aménager la fixation des prix des médicaments

Mais le principal gisement d’économies demeure la baisse des prix du médicament et de certains dispositifs médicaux. « Il existe des marges d’efficience dans les dépenses de produits de santé, affirme l’assurance-maladie. Les prix des médicaments génériques sur les huit principales classes thérapeutiques apparaissent parmi les plus élevés en France par rapport à six pays européens qui ont mis en place des dispositifs différents de fixation des prix ».

La CNAM préconise de « développer la place du générique et aménager le système de fixation des prix ». Elle suggère de porter la décote des génériques à 70 % du prix du médicament original (princeps) contre 60 % depuis fin 2011 et appelle à organiser le système de négociation des ristournes obtenues par les

officines sur le médicament générique.

« Les baisses de prix obtenues par la négociation du CEPS (comité économique des produits de santé) s’avèrent insuffisantes, estime la CNAM. L’objectif devrait être de faire émerger le véritable prix du générique, en donnant aux pharmaciens la possibilité de négocier dans des limites élargies, tout en permettant à l’assurance-maladie de bénéficier des fruits de la négociation par le biais d’une obligation déclarative ».

 CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
18.07.2012 à 18h01

« Les génériques ont été développés pour générer des économies de santé, à la condition qu'ils soient parfaitement superposables aux princeps ; il semblerait que cela ne soit pas le cas ! ! ! (demande Lire la suite

Répondre
 
18.07.2012 à 13h49

« Depuis que j'ai lu que dans certaines études en réanimation , il y a plus de décès les mois où sont prescrits des génériques par rapport aux mois où est prescrit les médicaments du fabriquant, ma re Lire la suite

Répondre
 
18.07.2012 à 11h51

« Le meilleur gisement d'économie serait une gestion plus efficiente de l'administration de la Sécurité sociale.
Exemple : 3 courriers de même correspondant le même jour dans 3 enveloppes différentes Lire la suite

Répondre
 
18.07.2012 à 00h24

« Les bons médecins n'ont pas envie de devenir ministre ! Le choix de la politique est une forme de renoncement de l'exercice médical... »

Répondre
 
17.07.2012 à 20h32

« Que le gouvernement nous donne des génériques à l'identique, en terme de composition et de galénique comme cela ce pratique ailleurs et nous en prescrirons... »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

HTA : les 10 axes et les 60 propositions de la SFHTA

hta

L'HTA est banalisée en France et trop souvent perçue comme un simple facteur de risque cardio-vasculaire, s'inquiète la Société française... 4

Migrants : le Défenseur des droits s'alarme d'une défaillance des droits fondamentaux

ddd

Le monde associatif saisit le défenseur des droits (DDD), Jacques Toubon, ce 18 décembre, journée internationale des migrants, avec... 1

Un quart des ophtalmologistes refusent les nouveaux patients, selon un sondage

Les Français attendent en moyenne 87 jours pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, constate une étude nationale* réalisée par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter