Anévrismes de l’aorte : un gène ouvre plusieurs pistes

Anévrismes de l’aorte : un gène ouvre plusieurs pistes

10.07.2012
  • 1341917237364359_IMG_87666_HR.jpg

    Anévrismes de l’aorte : un gène ouvre plusieurs pistes

Des équipes françaises, en collaboration avec des Texans, montrent l’implication du gène TGF bêta-2 dans les formes familiales d’anévrisme de l’aorte.

Ce résultat est le fruit du travail de deux équipes de l’AP-HP (hôpital Bichat/Centre de référence national sur les syndromes de Marfan et apparentés et hôpital Ambroise-Paré/service de biochimie et de génétique moléculaire) et de l’INSERM (Unité 698) en collaboration avec l’équipe de Diana Milewicz au Texas.

L’anévrisme de l’aorte thoracique est le plus souvent asymptomatique jusqu’au décès par rupture. Il est donc important de le reconnaître à temps. Un examen normal ne permet pas d’éliminer définitivement le risque ; en cas de forme familiale, il est de règle de répéter les échographies pour vérifier l’absence d’apparition d’une dilatation aortique chez les individus apparentés. La prise en charge est actuellement limitée au traitement bêta-bloquant qui n’a pas démontré son efficacité en dehors du syndrome de Marfan et à la chirurgie lorsque la dilatation atteint un niveau critique.

En étudiant des familles recrutées au Centre de référence national sur les syndromes de Marfan et apparentés, dirigé par le Pr Guillaume Jondeau (hôpital Bichat) où sont réalisés le diagnostic et la surveillance des patients et de leurs familles, l’équipe du Pr Catherine Boileau (INSERM 368, hôpital Ambroise-Paré) a montré l’implication du gène qui code le TGF bêta-2, molécule normalement libérée par les cellules musculaires lisses de la paroi aortique. Les chercheurs ont montré dans 4 familles (3 françaises et une américaine) qu’une mutation « stop » de ce gène représente l’anomalie biologique initiale responsable d’anévrisme.

Ces résultats ouvrent de nouvelles possibilités diagnostiques et probablement thérapeutiques, indiquent les auteurs :

- ils permettront de développer des outils de diagnostic ou de risque de développer un anévrisme chez les membres d’une famille donnée ;

- ils pourraient aider à établir un pronostic ;

- ils ouvrent des perspectives thérapeutiques, par exemple par le biais du renforcement du TGF bêta-2.

Cette découverte devrait permettre de proposer dès maintenant un diagnostic moléculaire chez les sujets apparentés à risque dans les familles.

Signalons que ces travaux ont fait l’objet d’un dépôt de demande de brevet.

Catherine Boileau, Dong-Chuan Guo, Nadine Hanna, Ellen S. Regalado et coll., Nature Genetics du 8 juillet 2012.

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter