VIH : l’os paie son tribut

VIH : l’os paie son tribut

20.06.2012
  • 1340195304359771_IMG_86541_HR.jpg

    VIH : l’os paie son tribut

Une nouvelle étude montre que les jeunes hommes (14-25 ans) infectés par le VIH ont une diminution de la masse osseuse. C’est vrai principalement, mais pas uniquement, chez ceux qui suivent un traitement.

Des travaux antérieurs ont déjà montré une baisse de la masse osseuse chez des adultes infectés par le VIH, et suggéré qu’elle est en partie liée à certains médicaments anti-VIH. La nouvelle étude publiée dans « Journal of Clinical Nutrition » est particulière par le fait qu’il s’agit de sujets jeunes (14 à 25 ans), chez qui le diagnostic d’infection par le VIH remonte en moyenne à deux ans ; ce qui signifie un court passé de traitement si traitement il y a déjà.

Le travail a consisté à analyser, chez 250 sujets (infectés par le VIH ou témoins), la masse osseuse ainsi que la distribution de la masse maigre et de la masse grasse.

Premier résultat : les sujets VIH + qui n’avaient pas encore commencé leur traitement avaient moins de graisses corporelles que les sujets ayant déjà commencé le traitement.

Deuxième résultat : la plus faible densité minérale osseuse était enregistrée chez les sujets prenant des médicaments anti-VIH. Les sujets VIH + non traités avaient une masse osseuse plus élevée que les sujets VIH + traités mais plus faible que les sujets non infectés par le VIH.

La moitié des sujets de l’étude avait des apports insuffisants en calcium et en vitamine D ; 30 % fumaient ; la moitié ne faisait pas d’exercice. Or le tabagisme et le manque d’exercice peuvent contribuer à la perte osseuse

Au total, si le traitement anti-VIH est associé à une perte osseuse, on a observé une diminution de la densité osseuse également - quoique moindre - chez les sujets VIH + non traités. Ce qui soulève la question de la responsabilité du mode de vie : apports insuffisants en calcium et en vitamine D, tabac, alcool, manque d’exercice.

Si aucun des jeunes hommes n’avait de risque de risque immédiat de fracture, soulignent les auteurs, ces résultats indiquent qu’il faudrait conseiller aux hommes chez qui on diagnostique une infection par le VIH de « faire de l’exercice, de consommer assez de calcium et de vitamine D, d’arrêter de fumer et de limiter leur consommation d’alcool ».

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn : « Si j'ai besoin d'un secrétaire d'État, j'en ferai part au Président »

buzyn

« Non ». C'est ce qu'a répondu sans fard la ministre de la Santé à la journaliste de LCI, qui lui demandait ce vendredi matin si elle avait... Commenter

Dr Patrick Gasser (UMESPE) : « La revalorisation d'un ou deux euros, c'est obsolète »

Abonné
Gasser

La branche spécialiste de la CSMF (UMESPE) organise samedi les premiers États généraux de la médecine spécialisée à Paris. Centres... 1

Des avatars virtuels aident les schizophrènes à lutter contre leurs voix

schizophrènes

Comment aider les 25 % de patients schizophrènes qui continuent d'entendre des voix menaçantes malgré leur traitement pharmacologique ?... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter