Un spot de AIDES pour faire connaître le dépistage rapide du VIH

Un spot de AIDES pour faire connaître le dépistage rapide du VIH

22.05.2012
  • 1337701186351136_IMG_84333_HR.jpg

    Un spot de AIDES pour faire connaître le dépistage rapide du VIH

« On a tous une arme pour en finir avec le sida : une goutte de sang au bout du doigt et quelques minutes suffisent pour un dépistage. Si on le fait tous, c’est le sida qui disparaît. » La voix d’Omar Sy vient conclure le spot lancé par l’association AIDES pour promouvoir le dépistage de l’infection par le VIH. Construit comme un film décalé mi-polar mi-action, le spot fourmille de références cinématographiques. Le dépistage, est un « formidable levier pour enrayer l’épidémie », rappelle l’association. « Une personne dépistée tôt et mise sous traitement ne transmet plus le virus. Le dépistage devient plus que jamais une clé essentielle pour empêcher de nouvelles contaminations et enrayer l’épidémie », souligne-t-elle.

Pourtant 30 000 à 50 000 personnes en France ignorent toujours leur séropositivité. Le dépistage rapide communautaire s’adresse aux populations très exposées qui ont du mal à se faire dépister. « Les freins sont connus : éloignement du système de soins, méconnaissance des risques, crainte de la stigmatisation… mais aussi peur d’être jugé au moment du dépistage », explique AIDES. Résultat : un dépistage tardif et des conséquences parfois irréversibles sur leur santé.

Offre communautaire

Le spot diffusé sur plusieurs chaînes de télévision leur rappelle qu’une nouvelle offre de dépistage existe, proposée par les militants de AIDES dans les locaux de l’association mais aussi en dehors (commerces, centres de santé, lieux de rencontres…) et réalisée par des pairs. « Cette offre de dépistage met immédiatement à l’aise et permet de lever le doute en quelques minutes », précise AIDES. Le dépistage communautaire à l’aide des tests rapides d’orientation diagnostiques (TROD) représente un outil essentiel du dispositif rénové de dépistage prévu par le plan national de lutte contre le VIH/sida et les IST 2010-2014.

Pour soutenir cette offre de dépistage communautaire dans des structures de prévention ou associations, les autorités ont lancé en 2011 et 2012 des appels à projets financés par l’assurance-maladie par le biais du Fonds national de prévention d’éducation et d’information sanitaires (FNPEIS). Soixante-trois projets associatifs ont été sélectionnés dans 24 régions dont ceux de l’association AIDES. L’association met à disposition sur son site la liste des lieux de dépistage.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter