Greffe de bâtonnets : vision nocturne restaurée chez la souris

Greffe de bâtonnets : vision nocturne restaurée chez la souris

20.04.2012
Des chercheurs londoniens ont réussi une greffe de bâtonnets chez des souris atteintes de cécité nocturne. Cette thérapie cellulaire a permis de restaurer la fonction visuelle.
  • 1334936888343885_IMG_82582_HR.jpg

    Greffe de bâtonnets : vision nocturne restaurée chez la souris

LE PROFESSEUR ANGLAIS est enthousiaste. Et il y a de quoi. « Nous montrons pour la première fois qu’une greffe de précurseurs de bâtonnets peut s’intégrer à la rétine dysfonctionnelle et améliorer vraiment la vision », souligne le Pr Robin Ali à l’Institute of Ophtalmology (Londres). L’équipe avait montré 6 ans plus tôt qu’il était possible de greffer des bâtonnets mais sans obtenir d’amélioration visuelle notable. En optimisant la greffe, par des injections précoces d’un très grand nombre de cellules précurseurs, les chercheurs sont parvenus à restaurer la vision nocturne, dite « scotopique », dans un modèle de souris aveugle la nuit.

Pour autant, il ne faut pas en espérer de révolution thérapeutique dans l’immédiat. « La démonstration est très élégante, commente le Pr José-Alain Sahel, directeur de l’Institut de la Vision à Paris. Mais ce modèle particulier ne correspond pas à un enjeu thérapeutique majeur. Il existe des sujets ayant une cécité nocturne congénitale, mais cette maladie est le plus souvent peu handicapante ! Ils ne sont pas gênés 90 % du temps, au moins. Les cônes assurent en effet la vision diurne jusqu’au clair de lune. Ce n’est que pour des luminosités plus faibles que les bâtonnets prennent le relais pour la vision dite "nocturne". La gêne est bien trop minime pour envisager des traitements comportant des risques ».

Ces résultats ouvrent néanmoins de réelles perspectives. « L’étude montre bien que les cellules ont plus de chance de s’intégrer en agissant très tôt, relève le Pr Sahel. Toute la difficulté consiste ainsi à intervenir au moment idéal. Du côté du receveur, il ne faudrait pas attendre que la rétine soit trop endommagée pour réaliser la greffe. Du côté du don, les cellules à transplanter doivent être au stade de différenciation optimal. Dans le cas des bâtonnets, cela pose un problème éthique, puisque le stade de maturation des cellules transplantées chez la souris correspond chez l’homme au 2e trimestre de gestation ». Dans le même temps, d’autres voies de recherche semblent plus avancées en vue de traiter une cécité totale, l’optogénétique a permis d’améliorer toutes les fonctions visuelles chez la souris (cf Le Quotidien daté du 25 octobre 2010).

Nature, doi:10.1038/nature10997

 Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 10

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter