Vieillissement du cerveau : des mutations dans l’hippocampe

Vieillissement du cerveau : des mutations dans l’hippocampe

16.04.2012
Des chercheurs ont mis en évidence des modifications génétiques associées à la réduction du volume de l’hippocampe, un processus impliqué dans la maladie d’Alzheimer.
  • 1334591979342206_IMG_82213_HR.jpg

    Vieillissement du cerveau : des mutations dans l’hippocampe

« CETTE ÉTUDE est un tournant majeur, commente Christophe Tzourio référent en France d’une étude internationale impliquant le CEA, le CNRS et l’Inserm, car elle confirme que des facteurs génétiques sont associés à une structure cérébrale, l’hippocampe, impliquée dans des démences et de façon beaucoup plus générale dans le vieillissement cérébral ». Ce travail réalisé à partir des données de 8 grandes cohortes européennes et nord-américaines a étudié les variabilités génétiques associées à la réduction du volume de l’hippocampe. L’accélération de ce phénomène est une des manifestations de la maladie d’Alzheimer, dont il est un marqueur biologique reconnu.

Les génomes et les IRM cérébrales de 9 232 sujets âgés de 56 à 84 ans ont été analysés. En France, environ 2 000 IRM ont été réalisées dans l’étude des 3 Cités. Les chercheurs ont d’abord repéré 46 différences dans la séquence ADN, qui pouvaient a priori être associées à une réduction du volume de l’hippocampe. Dix-huit d’entre elles sont situées sur des régions différentes du chromosome 12.

Des facteurs encore non identifiés

Parmi les associations restantes, une mutation sur le chromosome 2 a été identifiée et une autre sur le chromosome 9 dans un troisième échantillon plus jeune. Pour les chercheurs, ces résultats signifient que « des facteurs "encore non identifiés" déclenchent des mutations dans des endroits bien précis du génome qui entraînent la réduction du volume de l’hippocampe ».

Après avoir identifiées les mutations, l’équipe de scientifiques a cherché à savoir ce qu’elles modifiaient. Elles entraînent des changements de structure de gènes impliqués dans des fonctions multiples, telles que la mort cellulaire (HRK), le diabète (DPP) ou encore la migration neuronale (ASTN2). Les prochaines étapes viseront à mieux comprendre comment ces mutations génétiques s’inscrivent dans le processus de la maladie d’Alzheimer.

Nature Genetics, publication d’avril 2012.

 Dr I.D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter