Qu’est-ce que l’hypersexualité ?

Qu’est-ce que l’hypersexualité ?

29.03.2012

L’hypersexualité est définie par une fréquence excessive, croissante et non contrôlée du comportement sexuel dont les conséquences sont négatives pour le sujet qui en est atteint. La fréquence d’un tel comportement a pu être évaluée entre 3 et 6 % de la population générale. Ce comportement étant essentiellement l’apanage des hommes (5 hommes pour 1 femme) et débute en général à l’adolescence.

La plupart des études publiées insistent sur la fréquente comorbidité de l’hypersexualité avec les troubles anxiodépressifs (la moitié ou les deux tiers des sujets selon les études) et les comportements addictifs (surtout l’alcool). Des troubles de la personnalité de tous types sont également fréquents. De façon plus paradoxale, près de la moitié des hommes présentant une addiction sexuelle ont des difficultés érectiles.

Au sein du concept d’hypersexualité, on inclut les comportements sexuels comme :

– la masturbation compulsive (de 5 à 15 fois par jour avec ses inévitables conséquences en termes de blessures des organes génitaux externes) ;

– la dépendance à des formes anonymes ou payantes du désir sexuel comme la prostitution, la pornographie, la sexualité par téléphone ou par Internet qualifiée de cybersexe. Cette dernière concernerait de 6 à 9 % des hommes internautes et est actuellement définie par la durée de visualisation de sites pornographiques sur Internet (plus de 7 à 14 heures par semaine) ;

– la dépendance à des drogues utilisées dans le plaisir sexuel (haschich, surtout cocaïne). L’interruption de la consommation de cocaïne ne s’accompagne pas toujours d’une disparition de l’hypersexualité, même dans les cas où cette dernière est apparue secondairement à la consommation de cocaïne ;

– la dépendance à des accessoires sexuels ;

– le sexe intrusif (par abus de position sociale ou professionnelle).

Les types de comportements sexuels le plus fréquemment associés à l’hypersexualité sont l’omniprésence des fantasmes sexuels (deux tiers des cas), la masturbation compulsive (plus de la moitié des cas), le voyeurisme (deux tiers des cas) et enfin, dans plus de la moitié des cas, une dépendance à l’utilisation de vidéos pornographiques, au sexe payant (prostituées), au sexe anonyme par téléphone, ou encore la nécessité de relations sexuelles extraconjugales multiples.

Retour au sommaire de l’article.

Pr F. THIBAUT
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
hauts salaires

Hauts salaires de la fonction publique : 7 850 euros en moyenne pour les 1 % les mieux payés... dont 54 % dans les hôpitaux

Ils forment l'élite financière de la fonction publique (tous corps confondus) : quelque 48 500 agents, soit 1 % des employés les mieux payés, gagnent en moyenne 7 850 euros nets mensuels, loin du privé mais avec des revenus qui... 11

Grand Débat : médecins, vous avez la parole !

grand debat

À l’occasion du Grand Débat national, Nehs et le Groupe profession santé auquel appartient « le Quotidien du Médecin », « le Généraliste »,... 1

Agnès Buzyn candidate aux élections européennes ?

buzyn europe

Selon le journal « Les Échos », Agnès Buzyn pourrait quitter son maroquin pour se présenter aux élections européennes qui auront lieu du 23... 10

Le Nutri-score devient obligatoire sur tous les supports publicitaires

NUTRI SCORE

L'Assemblée a rendu obligatoire jeudi l'affichage du « Nutri-score » sur tous les supports publicitaires (Internet, télévisés,... Commenter

Live ChatDépister les cancers… ou pas ? Posez vos questions au Pr Norbert Ifrah (INCa)

Live Chat - Dépister les cancers… ou pas ? Posez vos questions au Pr Norbert Ifrah (INCa)-0

Alors que sa parole se fait plutôt rare dans les médias, le Pr Norbert Ifrah, président de l’Institut national du Cancer (INCa) depuis...

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter