Le suivi médical flou des « bitures express » - Des pratiques qui titubent entre urgences et commissariats

Le suivi médical flou des « bitures express »Des pratiques qui titubent entre urgences et commissariats

01.02.2010
Avec la multiplication des phénomènes d’alcoolisation chez les jeunes, « bitures express » ou « binge drinking », environ 70 000 personnes en état d’ivresse (IPM, ivresse publique manifeste) font chaque année l’objet d’un examen médical, avant d’être placées en rétention dans une chambre de dégriserie. Généralement, les IPM sont examinés aux urgences hospitalières. Mais plusieurs villes choisissent l’option ambulatoire, en faisant intervenir SOS médecins. Le flou réglementaire actuel ne semble pas de nature à régler les questions de responsabilité médicale, ni à garantir la sécurité des personnes prises en charge.
  • 1276103475F_600x_124686_IMG_28242_1265086077606.jpg

VANNES, comme d’autres villes bretonnes, est à la pointe de l’expérimentation pour la prise en charge en ambulatoire des IPM. Un engagement régional logique, puisque la « biture express », qui existe dans toutes les villes étudiantes, frappe ici 26 % des jeunes, qui s’alcoolisent sévèrement au moins trois fois par mois, contre 19,7 % en moyenne nationale, selon une récente étude de l’OFDT ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Médecin
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A la une

add

Décès de Naomi Musenga : « une dizaine d'affaires » comparables, selon Buzyn

BUZYN inter

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a « aujourd'hui connaissance d'une dizaine d'affaires » comparables à celle de Naomi Musenga, décédée... 1

Menacé de radiation, jugé en appel par l'Ordre, le Pr Henri Joyeux se défend d'être anti-vaccin

JOYEUX

C'est tout sourire que le Pr Henri Joyeux s'est présenté ce 24 mai au siège national de l'Ordre des médecins, dans le 17e arrondissement de... Commenter

Pr Pierre Amarenco, neurologue* : « Après un AIT, éviter un AVC est un combat pour le reste de sa vie »

amarenco

Une étude internationale publiée le 16 mai dans « The New England Journal of Medicine » montre qu'après un accident ischémique transitoire... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter