Plan VIH/sida : le HCSP pour l'objectif 90-90-90 fixé par l'ONUSIDA dans une stratégie globale de santé sexuelle

Plan VIH/sida : le HCSP pour l'objectif 90-90-90 fixé par l'ONUSIDA dans une stratégie globale de santé sexuelle

Dr Lydia Archimède
| 15.04.2016

Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) publie sur son site l'évaluation du 5e Plan national de lutte contre le VIH-sida et les IST (2010-2014). Pas moins de 38 recommandations y sont formulées, couvrant la prévention, le dépistage, la prise en charge médicale mais aussi sociale.

Les limites du plan

Le Haut Conseil reconnaît que le plan lancé en novembre 2010, a bénéficié d'un réel consensus. Toutefois, il en souligne les limites. « Plan du ministère de la Santé, le PNLS ne s’imposait pas aux autres départements ministériels… plan national, il ne s’imposait pas aux ARS qui sont maîtresses de leurs orientations stratégiques… plan VIH-IST, il paraît n’avoir joué son rôle… que dans le domaine du VIH, la question des IST étant restée non traitée alors même qu’une recrudescence des infections était signalée », souligne le HCSP.

Parmi ses recommandations, le HCSP souhaite qu'une stratégie nationale globale de santé sexuelle soit mise en oeuvre incluant la lutte contre toutes les infections sexuellement transmissibles, avec des outils spécifiques au VIH. Le Haut Conseil appelle à « tout faire pour atteindre l'objectif de traitement 90-90-90 de l’ONUSIDA » : 90 % des personnes vivant avec le VIH doivent connaître leur statut VIH ; 90 % de ceux qui se savent séropositifs reçoivent un traitement ; 90 % des personnes sous traitement doivent avoir une charge virale supprimée.

L’expérimentation des centres de santé sexuelle est restée à l’état embryonnaire, en partie en raison du retard pris par la réorganisation du dispositif CDAG/Ciddist. Les nouvelles dispositions ont été publiées en juin 2015 pour une mise en application des CeGGID au 1er janvier 2016. Le rapport l'affirme : il convient de concevoir et de déployer effectivement une stratégie globale sur les IST (syphilis, gonococcie, infections à Chlamydia et hépatites), « actuellement inexistante ».

Rapport du groupe d'experts plébiscité

Le HCSP regrette que le plan, document « figé, rédigé une fois pour toutes », ne permette pas les ajustements nécessaires. « Dans une maladie infectieuse pour laquelle les données scientifiques sont très évolutives, un plan quinquennal… montre ses limites », précise le HCSP. Ce d'autant que la communauté médicale dispose de recommandations régulièrement mises à jour depuis 1990, sous la forme d’un rapport d’experts, « outil le plus utilisé et suivi par les acteurs du soin pour lesquels le plan est peu connu ». Le rapport du groupe d’experts sur la prophylaxie pré-exposition (PrEp) a permis à la ministre de la Santé d'annoncer le 23 novembre 2015 l’instauration d’une recommandation temporaire d’utilisation (RTU) pour Truvada en prévention.

Le HCSP souhaite le maintien d'une publication régulière du rapport du groupe d'experts dont la place doit être mieux reconnue (aujourd'hui, il ne fait pas partie du comité de suivi du plan).

Implication des médecins de ville

Toujours, sur le volet de la prise en charge, le Haut Conseil déplore que l’implication des médecins de ville, en particulier en ce qui concerne les comorbidités, souhaitée par le plan soit « un échec ». Les freins sont tout autant du côté des patients que de celui des praticiens qui évoquent une prise en charge complexe et longue. « Cette difficulté avait été prise en compte par le plan qui prévoyait que soit fixée une "juste rémunération des services pour ces suivis ambulatoires de qualité". Or, cette action n’a pas été mise en œuvre », indique le HCSP.

Huit de ses 36 recommandations concernent le volet prévention avec notamment l'amplification de l'approche par populations (adolescents, étudiants, migrants, HSH, populations des DOM, populations trans, populations incarcérées...), le renforcement de la prévention combinée incluant la PreP et de l’accès au traitement auprès des populations les plus exposées. Le HCSP fait le constat d'une augmentation des nouvelles contaminations et de « l'échec patent » de la prévention chez les homosexuels (HSH).

Échec du dépistage généralisé de toute la population

Le dépistage généralisé de toute la population a été « la mesure la plus importante… mais la moins bien appliquée », note le HCSP. Aujourd'hui, « il ne correspond en fait ni à l’épidémiologie de la maladie en France ni aux pratiques médicales en médecine générale », poursuit le HCSP. Toutefois, elle a permis la mobilisation des généralistes qui réalisent désormais une part importante des tests, ce qui « peut être mis au service d’une stratégie mieux ciblée ». La montée en puissance des tests de dépistage rapide (TROD) en milieu communautaire (31 700 en 2012 à 61 600 en 2014) est une des réussites du plan.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
RENE C Médecin ou Interne 16.04.2016 à 19h31

« Plan machin, plan truc, plan bidule... mais on planifie pour qui au fait?  »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
ROSP

ROSP : 7 000 euros par généraliste en 2016

Très attendue, la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) est versée ces jours-ci à près de 91 000 médecins libéraux au titre de 2016. La prime moyenne des seuls généralistes atteint 6 983 euros (+3,4 %). La CNAM dresse un bilan positif de ce système mais a programmé sa mue dans la nouvelle convention. Points noirs : la vaccination et certains dépistages. 3

Marisol Touraine appelle à voter « massivement » pour Emmanuel Macron

touraine

La ministre de la Santé est sortie de son silence à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, dimanche soir. « J’appelle les... Commenter

Macron, l'homme qui rendra le tiers payant « généralisable » et investira 5 milliards dans la santé

macron

Dans notre sondage exclusif, les médecins libéraux avaient placé Emmanuel Macron dans le duo gagnant du premier tour, juste derrière... 6

Le Pen, la candidate qui ne promet « pas la lune » aux médecins et veut supprimer l'AME

le pen

Comme son père était parvenu à le faire en 2002, Marine Le Pen s'est qualifiée au second tour de l'élection présidentielle, où elle sera... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter