Dons de gamètes des femmes et hommes n’ayant pas procréé : l’arrêté est paru | Le Quotidien du Médecin

Dons de gamètes des femmes et hommes n’ayant pas procréé : l’arrêté est paru

Coline Garré
| 08.01.2016
  • Dons de gamètes des femmes et hommes n’ayant pas procréé : l’arrêté est paru - 1

L’arrêté précisant la règle de répartition des gamètes entre ceux conservés pour le don et pour soi-même lorsque le donneur n’a pas procréé, signé le 24 décembre par le directeur général de la Santé Benoît Vallet, est paru dans le Journal officiel du 8 janvier.

Cet arrêté vient préciser le décret du 15 octobre 2015 qui ouvre la possibilité du don de gamètes à toutes les femmes (de 18 à 37 ans) et hommes (jusqu’à 45 ans), y compris sans enfant.

Ces derniers peuvent conserver pour eux-mêmes une partie de leurs gamètes en vue d’une éventuelle assistance médicale à la procréation, si à l’avenir ils se retrouvent dans une situation d’infertilité. Mais la finalité du don reste la priorité. « La répartition entre le don et la conservation pour soi dépend du nombre d’ovocytes matures recueillis : il peut ainsi arriver que la conservation à son bénéfice ne soit pas réalisable et la donneuse en est clairement informée », insiste le ministère de la Santé.

Au moins 5 ovocytes pour le don

La règle de répartition, définie sur proposition de l’Agence de la biomédecine, est la suivante :

– jusqu’à 5 ovocytes matures obtenus, tous les ovocytes sont destinés au don et la conservation au bénéfice de la donneuse n’est alors pas réalisée ;

– de 6 à 10 ovocytes matures obtenus, au moins 5 ovocytes matures sont destinés au don ;

– au-delà de 10 ovocytes matures obtenus, au moins la moitié des ovocytes matures est dirigée vers le don.

Quant au don de spermatozoïdes, l’arrêté précise « qu’au-delà de 3 recueils de sperme, un recueil peut être proposé en vue de la conservation au bénéfice du donneur n’ayant pas procréé si celui-ci le souhaite ».

Les gamètes conservés portent un identifiant propre au donneur, qui reçoit aussi un dossier nominatif spécifique et un compte rendu.

Les donneurs n’ayant pas procréé doivent être informés des conditions de cette conservation et de la règle de répartition ainsi que de la nécessité de répondre aux relances annuelles du centre où les gamètes sont conservés. Ils doivent être avertis que l’autoconservation ne leur garantit pas le succès d’une éventuelle AMP.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

La Sécu offre 50 000 euros aux médecins candidats à l'installation en zone sous dense

Installation

L'Assurance-maladie est prête à muscler son dispositif incitatif pour attirer coûte que coûte les médecins dans les déserts médicaux. Dans... 17

Lutte contre les vecteurs des arbovirosesVisite chez les éleveurs de moustiques Abonné

PASTEUR

Dengue, chikungunya, Zika… La valse récente des alertes aux arboviroses a relancé l'intérêt de l'étude du vecteur de ces maladies dont on... Commenter

Nicolas Sarkozy (LR) : « Le temps est venu de la médecine de ville ! »

SARKOZY

Mieux rémunérer les médecins dans les zones fragiles, accorder l'autonomie aux hôpitaux, diminuer le taux de prise en charge par la Sécu de... 28

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter