Premières greffes d’utérus autorisées en France : déjà une quarantaine de volontaires

Premières greffes d’utérus autorisées en France : déjà une quarantaine de volontaires

Clémentine Wallace
| 09.11.2015
  • Premières greffes d’utérus autorisées en France : déjà une quarantaine de volontaires-1

Une équipe de gynécologie obstétrique du CHU de Limoges va mener le premier essai français de greffes d’utérus,a annoncé lundi l’hôpital, qui a reçu le feu vert par l’Agence nationale de sécurité du médicalement (ANSM) le 5 novembre.

Critères d’inclusion stricts

Les candidates volontaires sont déjà nombreuses – une quarantaine de femmes, selon le Pr Yves Aubard, chef du service gynécologie-obstétrique du CHU. « En effet, jusqu’à présent, on ne pouvait rien proposer aux femmes sans utérus en France, la seule solution c’est la grossesse pour autrui (GPA) – qui est illégale. »

Mais les critères d’inclusion de ce premier essai sont stricts. Huit femmes receveuses seront sélectionnées – elles devront avoir entre 25 et 35 ans, ne jamais avoir eu d’enfants, être en bonne santé et en couple, « des femmes nées sans utérus ou à qui on a réalisé une hystérectomie d’hémostase par exemple. Les femmes non-éligibles sont celles à qui on a retiré l’utérus dans le cadre d’un cancer », précise-t-il.

L’inclusion des femmes devrait débuter d’ici la fin de l’année. « C’est un long processus. Il faut d’abord faire le bilan pré-greffe, puis les fécondations in vitro – on espère démarrer les stimulations ovariennes au printemps prochain », détaille le Pr Aubard, ajoutant que si les femmes n’ont pas suffisamment d’embryons – il en faut au moins 10 – il s’agit d’un nouveau critère d’exclusion. « On espère que les premières transplantations pourront avoir lieu fin 2016. »

D’autres greffes déjà réalisées à l’étranger

Des greffes d’utérus ont déjà eu lieu à l’étranger, en Suède par exemple, pour l’instant le seul pays à avoir obtenu une naissance à partir d’un utérus prélevé sur une donneuse vivante : « une femme âgée de 61 ans, ménopausée, amie de la patiente âgée de 36 ans, décrit le Pr Aubard. Parmi les autres donneuses en Suède, il y avait des mamans, une belle-mère... Là-bas c’est la receveuse qui motive son entourage ».

Un processus trop compliqué

En France, même si l’Académie de médecine a récemment donné un avis favorable à la greffe d’utérus à partir de donneuses vivantes, l’ANSM n’a donné son autorisation que pour des donneuses en état de mort encéphalique. « En France, on considère que le prélèvement sur donneuse vivante est trop lourd – c’est des opérations dont la moyenne est de 10 heures, c’est très compliqué, et il peut y avoir des ennuis – l’équipe Suédoise a eu une blessure de l’uretère chez une patiente », note le praticien.

D’autres équipes françaises espèrent cependant pouvoir mener des greffes à partir de donneuses vivantes ; dont une équipe au CHU de Rennes, qui va bientôt faire une demande de programme hospitalier de recherche clinique (PHRC), indique le Pr Aubard.

Un projet bouclé depuis l’an dernier

La première greffe d’utérus à partir d’une donneuse défunte a déjà été tentée en Turquie en 2011, sans qu’on connaisse à ce jour les résultats obtenus. Une autre autorisation d’essai clinique a été obtenue cette année par une équipe britannique, mais celle-ci n’a pas encore reçu de financement pour ses travaux, alors que le projet du CHU de Limoges, soutenu notamment par le ministère de la Santé, est bouclé depuis l’an dernier.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
Francis Médecin ou Interne 09.11.2015 à 22h52

« Quid des traitements anti- rejets ??? »

Répondre
 
dominique d Autre Professionnel Santé 09.11.2015 à 21h36

« Critère étant un nom masculin, ce serait aussi bien d'écrire "stricts" (sans e) aussi bien dans le titre de section que dans le 2e § en dessous. Si par contre vous avez voulu dire que c'est l'inclus Lire la suite

Répondre
 
Stéphane L
Stéphane L La rédaction du Quotidien du Médecin 10.11.2015 à 11h03

C'est corrigé. Merci de nous l'avoir signalé.

Répondre
 
dominique b Médecin ou Interne 09.11.2015 à 20h59

« Et les hommes ? y a t-il des volontaires ? »

Répondre
 
Geena Médecin ou Interne 10.11.2015 à 00h54

Oui pourquoi pas les transsexuelles marié ou en couple

Répondre
 
orldiabolo Médecin ou Interne 09.11.2015 à 23h43

« Cela ne saurait tarder... »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le Dr Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme

Cahuzac

L'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui avait des comptes cachés à l'étranger, a été condamné jeudi à Paris à trois ans de prison... 5

L'espérance de vie en recul en 2015 aux États-Unis, selon les CDC

Longévité

L'espérance de vie des Américains a reculé en 2015, une première depuis 1993 selon un rapport des autorités sanitaires américaines. Un... Commenter

La Guadeloupe inaugure un dispositif d'échocardiographie à distance, une première

Télé-échocardiographie d'île à île

Au CHU de Pointe-à-Pitre, les cardiologues ont le bras long, très long, suffisamment long pour traverser les 30 km de mer qui les séparent... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter