Touchers vaginaux : les doyens recommandent l’apprentissage sur des mannequins

Touchers vaginaux : les doyens recommandent l’apprentissage sur des mannequins

Sophie Martos
| 23.10.2015
  • Touchers vaginaux : les doyens recommandent l’apprentissage sur des mannequins-1
La conférence des doyens de faculté de médecine regrette les récentes déclarations d’enseignants ayant défendu l’apprentissage des touchers vaginaux et rectaux sur patients endormis. L’instance présidée par le Pr Jean-Pierre Vinel recommande la formation sur des programmes de simulation médicale.
La conférence des doyens rappelle l’importance de la formation des futurs médecins aux examens des parties intimes. Celle-ci « ne saurait en aucun cas être pratiquée sur des patients qui n’en auraient pas été avertis et n’y auraient pas explicitement consenti ». Selon elle, les médecins en désaccord avec ces principes sont « doublement coupables » et « minent la confiance des patients » envers les hôpitaux, siège de formation des externes et internes.
Cette prise de position intervient trois semaines après l’interview à la BBC du Pr Guy Vallancien, chirurgien et enseignant d’urologie à Paris-Descartes qui s’était prononcé en faveur de la pratique dans le cadre de la formation des étudiants, propos très critiqués sur les réseaux sociaux.

Respect du consentement, le premier devoir du médecin

« Nous ne saurions en aucune façon cautionner ces déclarations, totalement contraires aux principes de l’éthique que nous défendons », réplique la conférence. « Quelles que soient les modalités de pratique médicale (en cabinet de consultation, en établissement de soins, au bloc opératoire…), aucun geste, examen clinique, acte de diagnostic ou de traitement, ne saurait être réalisé sans l’information et le consentement du patient, conformément à la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des patients », poursuit la conférence.
La FHF et les conférences hospitalières avaient déjà appelé à respecter la déontologie et le droit des patients. « Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne », avaient-ils souligné. Cette mise au point était intervenue après la publication d’une enquête en février 2015, selon laquelle des touchers vaginaux et rectaux auraient été pratiqués par le passé par des étudiants sur des patientes endormies à la faculté de médecine de Lyon-Sud.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
MICHEL P Autre Professionnel Santé 28.10.2015 à 14h36

Par respect de la déontologie certes, à cause d'une polémique vraiment mal placée, la seule question qui vaille est alors combien de cancers utérins, rectaux et de prostates ne seront pas détectés à Lire la suite

Répondre
 
Paul M Autre Professionnel Santé 26.10.2015 à 15h49

Claudia Schiffer, Cindy Crawford, Ines de la Fressange et Carla Bruni, vous êtes convoquées en salle de garde pour une cause à la fois pédagogique et éthique,
Ordre de la conférence des Doyens !

Répondre
 
Scalex Médecin ou Interne 25.10.2015 à 09h25

« Et sur les cadavres, on a le droit? Seulement si le patient a fait don de son corps à la science? Egalement en cas d'autopsie? »

Répondre
 
JLCB Médecin ou Interne 24.10.2015 à 20h57

« Bon, maintenant il faut poursuivre en justice tous les anciens médecins qui n'avaient pas de mannequins... Et surtout leurs maîtres qui ne s'embrrasaient pas d'éthique.... »

Répondre
 
Scalex Médecin ou Interne 24.10.2015 à 15h51

« Est ce que l'ancienne génération de médecins doit culpabiliser d'avoir pratiqué largement les touchers pelviens sans consentement, sur des patients endormis ? POUR MOI LA RÉPONSE EST NON. Est ce une Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 9

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter