Don de sperme : le rapporteur public du Conseil d’État réclame le maintien de l’anonymat

Don de sperme : le rapporteur public du Conseil d’État réclame le maintien de l’anonymat

21.10.2015
  • Don de sperme : le rapporteur public du Conseil d’État réclame le maintien de l’anonymat - 1

Le rapporteur public du Conseil d’État a réclamé mercredi le rejet de la demande d’une femme de 35 ans conçue par insémination artificielle, qui souhaite obtenir des informations sur son donneur, renvoyant à la Cour européenne le soin de trancher cette question de société.

« Nous assumons le rôle modeste du juge » sur « ce sujet de société particulièrement délicat », a justifié Édouard Crepey, après avoir admis que la loi française, qui prône aujourd’hui un anonymat quasi-total sur le donneur de sperme, pouvait être retoquée à l’avenir par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH).

Plusieurs arrêts de la Cour européenne ont en effet précisé les contours du droit au respect de la vie privée, en ce qu’il s’applique au droit de toute personne à connaître ses origines.

Mais le rapporteur public n’a pas pour autant proposé aux juges du Conseil d’État d’obliger le législateur français à revoir dès à présent sa copie, renvoyant cette responsabilité à la CEDH qui, a-t-il souligné, « n’a pas encore tranché la question ».

Retour sur les débats sur la loi de bioéthique de 2011

Le rapporteur public avait auparavant fait valoir que le législateur français avait réaffirmé son choix en faveur de l’anonymat lors des débats sur la loi bioéthique du 7 juillet 2011, alors que l’hypothèse d’une communication sur des éléments non-identifiants (qui ne permettent pas d’identifier le donneur) avait été évoquée.

Il a par ailleurs repris les conclusions d’un précédent avis du Conseil d’État, selon lequel le législateur français a « établi un juste équilibre entre les intérêts en présence, donneur, couple receveur et enfant ».

« Depuis quand une haute juridiction nationale doit-elle attendre un arrêt de la CEDH pour statuer sur la conventionnalité d’une décision interne ? », s’est étonné à l’audience l’avocat de la requérante, Me Julien Occipinti, en demandant au Conseil d’État d’assumer ses responsabilités.

« L’absence d’arrêt de Strasbourg en la matière ne doit pas vous déterminer à rejeter notre requête », a plaidé l’avocat, rappelant par ailleurs qu’ « il n’y avait pas eu d’unanimité chez les parlementaires, lors des débats sur la loi bioéthique, pour dire que la levée du secret était inacceptable ».

Requête rejetée par le tribunal administratif en 2012

La requérante, qui a témoigné dans un livre sous le nom d’emprunt d’Audrey Kermalvezen, mène depuis des années un combat judiciaire pour obtenir une levée partielle du secret qui entoure ses origines. En 2012, le tribunal administratif de Montreuil a rejeté sa requête, estimant que la demande était irrecevable, considérant notamment que les informations contenues dans le dossier d’un donneur de gamètes lors d’une insémination artificielle constituent un secret protégé par la loi.

Avocate au barreau de Lyon, la jeune femme avait saisi l’administration après avoir découvert, en 2009, être née après une insémination artificielle, réalisée dans un centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains (CECOS). Elle souhaitait recueillir des informations non identifiantes sur son père biologique, mais aussi pour savoir si son frère, né également par insémination artificielle avec donneur (IAD), était issu du même donneur.

Elle demandait à ce que son père biologique soit contacté, afin de savoir s’il souhaitait se faire connaître. Enfin, elle demandait 100 000 euros de dommages et intérêts au CECOS et au CHU où elle a été conçue, ainsi qu’à l’AP-HP, dont dépendent ces structures, au titre du préjudice moral et médical, en raison d’une « crise identitaire » attestée par un certificat médical.

Clémentine Wallace (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
Philippe H Médecin ou Interne 22.10.2015 à 09h37

Encore un Baveux qui doit s'enquiquiner parce qu'elle n'a pas assez de clientèle et donc de sous ! Et que vient faire son frère là dedans.
Quand on sait que sur une étude faite à Bordeaux au siècle Lire la suite

Répondre
 
soyons calmes Médecin ou Interne 21.10.2015 à 23h10

« Les donneurs faisant leur don par pur altruisme et compassion
ils ne demandent rien en échange , rassurés par ailleurs du respect de l'anonymat promis par la loi et le CECOS
si un renversement jur Lire la suite

Répondre
 
Michael F Médecin ou Interne 21.10.2015 à 22h26

« Et ensuite ? Quand elle connaîtra le père, une plainte pour abandon ? Demande de pension alimentaire rétroactive ?

Vu comme c'est parti, le père, s'il est contacté, il ferait mieux de rester cach Lire la suite

Répondre
 
PHILIPPE G Médecin ou Interne 21.10.2015 à 20h01

« L'argument financier et l'anonymat de la plaignante balayent beaucoup d'arguments "moraux/légaux" , sinon les rend hautement suspects. Comme pour d'autres situations le fait de vivre constitue -t-i Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pollution de l'air : la DGS appelle à la vigilance pour les plus vulnérables

alternee

Alors que l'épisode de pollution de l'air aux particules fines PM10 s'étend sur l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, le... Commenter

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes-1

Le comité des internes de Reims Champagne-Ardenne (CIRC) et le CHU de Reims organisent depuis deux ans une journée pour accueillir les... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter