10 % des services d’urgences menacés, la polémique rebondit sur une éventuelle restructuration

10 % des services d’urgences menacés, la polémique rebondit sur une éventuelle restructuration

Cyrille Dupuis
| 31.08.2015
  • 10 % des services d’urgences menacés, la polémique rebondit sur une éventuelle restructuration-1

Au moins « 67 services d’urgences [sur 650] connaissent une affluence inférieure au seuil de référence des 10 000 personnes par an, soit 1,1 patient par heure », annonce ce lundi « le Figaro » qui a agrégé des chiffres issus de la base de données Hospi Diag.

De là à en déduire que 10 % des services d’urgences actuels sont carrément menacés de disparition, il n’y a qu’un pas, d’autant qu’un rapport remis fin juillet à Marisol Touraine par le Dr Jean-Yves Grall, directeur de l’ARS du Nord Pas-de-Calais, préconise une nouvelle prise en charge graduée des urgences à l’échelle des territoires pouvant aller jusqu’à la transformation de services à faible activité en centres de soins non programmés.

Pénurie organisée, selon l’AMUF

Le ministère de la Santé n’a rendu aucun arbitrage à ce jour. Ce lundi soir, Marisol Touraine précise même qu’il n’existe « aucune liste de services d’urgences menacés de fermeture ». La liste du Figaro « ne figure pas davantage » dans le rapport GRALL, insiste le ministère, qui déplore une « extrapolation ». Mais l’association des médecins urgentistes de France (AMUF) a prévenu dès ce lundi que « fermer les services d’urgences dit à faible activité » et « descendre en dessous du seuil actuel de services existant mettrait la population en danger ».

Les urgences ont été au cœur de l’actualité de l’été 2015 avec la fermeture temporaire, faute de personnel, de plusieurs services dont celui de l’hôpital de Valognes, dans la Manche, à l’origine d’une forte mobilisation locale.

Alors que le manque criant d’urgentistes dans certains secteurs est régulièrement pointé du doigt, l’AMUF considère que la pénurie « a été sciemment créée depuis près de 30 ans pour justifier justement les restructurations et les fermetures de service ».

Une nouvelle spécialité ?

Pour contenir l’hémorragie, le syndicat du Dr Patrick Pelloux réclame l’application « sans délai du protocole d’accord sur le temps de travail [des urgentistes] » et un effort parallèle sur la formation de médecins urgentistes en « adaptant les quotas par région aux besoins prévisionnels ».

Le dossier de la formation des urgentistes revient précisément sur le tapis. Une piste à l’étude serait de créer une nouvelle spécialité de médecine d’urgence (DES en quatre ans), avec un nombre précis de postes fléchés comme tels à l’internat. L’AMUF propose plutôt de maintenir le système actuel mais en « ciblant les postes prioritaires avec des embauches directement sur le statut de praticien hospitalier avec une accélération de carrière ».

Le syndicat appelle aussi de ses vœux la création de pôles territoriaux d’urgence avec des équipes de médecins exerçant sur plusieurs sites, « à l’instar de ce qui est déjà fait dans le Vaucluse depuis plusieurs années ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 12 Commentaires
 
Hervé M Médecin ou Interne 07.09.2015 à 22h42

« Vite vite cabinets médicaux aux normes handicapés aux frais de ces braves médecins, comme ça, conformément au projet de MST, c'est eux qui vont se les appuyer les urgences qu'ils le veuillent ou non Lire la suite

Répondre
 
Docteur bobo Médecin ou Interne 05.09.2015 à 14h37

« Fermez les urgences, vous fermez l'hôpital concerné quelques années plus tard ou au minimum les services MCO pour transformer en gériatrie, SSR, soins longues durées etc... »

Répondre
 
Hervé M Médecin ou Interne 05.09.2015 à 13h22

« Ah ah ah... Mais vous n'avez donc pas encore compris que les grandes manœuvres visent large et ont leur logique !
Fermeture des hôpitaux, donc des urgences ! C'est aussi simple que ça !

Mais dev Lire la suite

Répondre
 
philippe B Médecin ou Interne 05.09.2015 à 12h18

« Encore une bonne nouvelle pour les territoires qui n'ont plus de médecins généralistes , qui sont loin de tout et qui vont perdre la possibilité de se soigner.
Vive l'égalité des soins !
A quand Lire la suite

Répondre
 
DocJCA Médecin ou Interne 01.09.2015 à 20h38

«  Avec plus de 35 ans de médecine d'urgence ... Sachez que je m'éclate dans mon métier ... 58 heures la semaine dernière, 64 cette semaine ... Mais, Mêê ..., je suis libéral avec un SU "en clinique Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pollution de l'air : la DGS appelle à la vigilance pour les plus vulnérables

alternee

Alors que l'épisode de pollution de l'air aux particules fines PM10 s'étend sur l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, le... Commenter

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes-1

Le comité des internes de Reims Champagne-Ardenne (CIRC) et le CHU de Reims organisent depuis deux ans une journée pour accueillir les... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter