Sierra Leone : le dernier malade d’Ebola est guéri, mais les survivants ont de nombreuses séquelles

Sierra Leone : le dernier malade d’Ebola est guéri, mais les survivants ont de nombreuses séquelles

25.08.2015
  • Sierra Leone : le dernier malade d’Ebola est guéri, mais les survivants ont de nombreuses séquelles - 1

Le dernier malade d’Ebola connu en Sierra Leone est guéri et a quitté l’hôpital ce lundi. Une étape supplémentaire vers la fin de l’épidémie dans le pays, ont annoncé les autorités.

La Sierra Leone, qui n’a officiellement pas connu de nouvelle infection depuis plus de deux semaines, est sur le point de rejoindre le Liberia qui ne compte plus de cas d’Ebola. En effet, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un pays est déclaré exempt du virus 42 jours – soit deux fois la durée maximale d’incubation – après le dernier cas connu. Cette précaution n’empêche cependant pas la résurgence ultérieure du virus, comme cela a été le cas au Liberia début juillet, après trois mois sans nouvelle infection.

La Guinée, le 3e pays le plus touché par l’épidémie, continue pour sa part à enregistrer de nouvelles infections.

Au Sierra Leone, seules quatorze personnes restaient encore placées en quarantaine lundi, selon le ministère de la Santé du pays. Face à l’amélioration de la situation, le président Koroma a annoncé le 8 août la levée de nombreuses mesures de restriction prises pour lutter contre le virus.

De nombreuses séquelles

L’OMS insiste désormais sur la nécessité de poursuivre les soins apportés aux survivants, qui souffrent de nombreuses symptômes « post-Ebola » : douleurs articulaires, vertiges, vision trouble, impossibilité de se concentrer et céphalées. En effet, d’après une étude parue en avril dans le « Lancet Infectious Disease », les survivants avaient plus de quatre fois plus de risque de souffrir de déficience visuelle.

Concernant les douleurs articulaires, qui toucheraient environ la moitié des survivants, elles peuvent être « très invalidantes et empêcher les malades d’aller travailler et de subvenir aux besoins de leur famille », a expliqué le Dr Daniel Bausch, expert auprès de l’OMS, lors d’une réunion organisée au Sierra Leone début août, consacrée aux besoins des survivants d’Ebola. « Nous avons la responsabilité unique et importante de dispenser des soins et d’apporter un appui aux survivants d’Ebola qui essaient de reprendre une vie normale. Il devient de plus en plus clair que la sortie d’une unité de traitement d’Ebola n’est que le commencement. Les pays touchés par Ebola ont également un long chemin à parcourir pour se relever », a constaté le Dr Anders Nordström, représentant de l’OMS en Sierra Leone.

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du sein : l'INCa et l'ANSM recommandent d'éviter le docétaxel

inca

Dans le prolongement du courrier qui a été adressé aux oncologues le 15 février 2017 l’agence nationale de sécurité du médicament et des... Commenter

Bergerac ouvre un centre de santé et tente d'apaiser les médecins libéraux agacés

bergerac

Est-ce la fin de la pénurie médicale à Bergerac ? En 2016, le départ de plusieurs médecins généralistes libéraux a placé les professionnels... 59

Deux épidémiologies distinctes selon la forme compliquée ou nonL'appendicite aiguë compliquée, une entité (et un traitement) à part Abonné

appendicite

L'appendicite aiguë nécrosée ou perforée ne serait pas l'évolution d'une forme non compliquée non opérée. Selon une étude inédite française... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter