Don d’organe : l’Ordre des médecins s’oppose au principe du consentement présumé

Don d’organe : l’Ordre des médecins s’oppose au principe du consentement présumé

Coline Garré
| 27.04.2015
  • Don d’organe : l’Ordre des médecins s’oppose au principe du consentement présumé-1

Le conseil de l’Ordre des médecins s’oppose à l’amendement 46 ter du projet de loi Santé qui instaure le principe du consentement présumé pour le don d’organe à partir de 2018.

Présenté par Jean-Louis Touraine et Michèle Delaunay, cet article stipule que « le prélèvement peut être pratiqué sur une personne majeure dès lors qu’elle n’a pas fait connaître, de son vivant, son refus d’un tel prélèvement ». La personne peut exprimer son refus – révocable à tout moment – « principalement par l’inscription sur un registre national des refus » ou au moyen d’autres voies, qui seront déterminées à l’issue d’une concertation puis d’un décret.

Le médecin devra « informer » les proches du défunt « de la nature et de la finalité » du prélèvement, à la différence d’aujourd’hui où la famille est « consultée » pour connaître la position du défunt lorsqu’elle n’a pas été explicitée au préalable.

Refus d’exclure les proches

L’Ordre des médecins « plaide pour que le prélèvement d’organes sur une personne décédée soit subordonné à sa décision, de son vivant, ou à défaut, à l’assentiment de ses proches », lit-on dans un communiqué. « Il s’oppose fermement à ce que les proches soient exclus de ce processus », insiste le CNOM.

Dans l’ignorance des souhaits du défunt, « les médecins refuseraient le prélèvement s’ils devaient se dispenser du consentement de la famille en amont. Le don d’organe se fait lors d’un drame. Il serait très brutal d’aller voir les proches en disant "on prélève un œil car on a besoin de la cornée" », assure au « Quotidien » le Dr Jean-Marie Faroudja, président de la section éthique et déontologie de l’Ordre. « Dans ce cas, il faut une discussion avec la famille sur ce qu’aurait pu être l’intime conviction de la personne, et non sur ce que la famille désire », précise l’élu ordinal.

Comme la fin de vie…

Pour répondre au besoin criant d’organes (argument mis en avant par les auteurs de l’amendement), le Dr Faroudja croit au développement de la communication, afin que les citoyens expriment leur position de leur vivant. Aux médecins et professionnels de santé d’aborder la question lors du colloque singulier.

« Il faut une politique d’information en amont pour amener les Français à faire connaître leurs volontés à froid, que ce soit dans le dossier médical partagé, lors de la rédaction des directives anticipées sur la fin de vie, ou de la désignation de la personne de confiance » explique-t-il. « Parler des directives anticipées peut amener à parler du don d’organe, et réciproquement », souligne-t-il.

Plutôt qu’un registre du refus, le Dr Faroudja juge essentiel un « registre du oui », au moins en parallèle.

La ministre de la Santé Marisol Touraine s’est dite favorable à une concertation pour aboutir à un consensus. « Sur un sujet comme celui-là, nous ne pouvons pas donner le sentiment d’imposer une démarche : nous avons besoin d’engager une démarche qui rassemble tous les acteurs concernés – les professionnels, les familles, les associations », avait-elle déclaré.

L’Ordre approuve. « Il faut interroger les équipes de préleveurs, en lien direct avec les familles, et de transplanteurs, ainsi que tous les professionnels, pour savoir ce qu’ils pensent et organiser une large concertation », indique le Dr Faroudja.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
IVANA F Médecin ou Interne 28.04.2015 à 09h23

« Cette modification de la loi me semble salutaire car elle motivera à ceux qui -pour des raisons religieuses ou tout autres- sont opposés au prélèvement de leurs organes après la mort, à le faire sa Lire la suite

Répondre
 
GHISLAIN S Médecin ou Interne 27.04.2015 à 19h56

« Actuellement à ma connaissance, le consentement est déjà présumé et la famille est consultée non pas pour recueillir son assentiment au prélèvement d'organes sur la personne décédée, mais pour reche Lire la suite

Répondre
 
IVANA F Médecin ou Interne 28.04.2015 à 09h09

« Actuellement la loi dit qu'il faut consentir activement mais les médecins français sont très forts pour se sentir au-dessus de la loi en toute bonne conscience. C'est une des raisons pour lesquelles Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Accès aux soins : l'Ordre inventorie « les solutions qui marchent » Abonné

maison de santé

Maisons ou pôles de santé, terrains de stage libéraux, groupements de coopération sanitaire attractifs, initiatives en tout genre : nos... 5

Santé, assurance-maladie : Fillon ripoline son projet, ce qu'il faut retenir

fillon

Après le remède de cheval, la méthode douce ? Accusé par ses adversaires de vouloir privatiser la Sécurité sociale, François Fillon a... 2

À la faculté de médecine Saint-Antoine, des vidéos pour sensibiliser les futurs médecins à l'empathie

saint antoine

Mettre en scène les consultations chez un généraliste pour sensibiliser les futurs praticiens à la relation médecin-patient, c'est... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter