Une étude française suggère un lien entre utilisation intensive du téléphone portable et risque de tumeur cérébrale

Une étude française suggère un lien entre utilisation intensive du téléphone portable et risque de tumeur cérébrale

13.05.2014
  • 1400000675521924_IMG_129502_HR.jpg

C’est un euphémisme de dire que le sujet du rôle carcinogène des radiofréquences prête à polémique. Une étude française vient d’apporter de l’eau au moulin de ceux qui, à l’image du PRIARTém (le collectif des électrosensibles de France), militent pour que de « réelles mesures de protection de la population et tout particulièrement des enfants » soient mises en place, comme il l’a une nouvelle fois rappelé dans un communiqué. Menée par Gaëlle Coureau de l’Institut de santé publique, d’épidémiologie et du développement (ISPED) installé au sein de l’université de Bordeaux, cette étude cas-contrôle conclut en effet qu’il existe une corrélation entre une utilisation intensive du téléphone portable et le risque de tumeur cérébrale.

Les habitudes de consommation du téléphone portable de 253 patients atteints de gliomes et de 194 patients atteints de méningiomes ont été comparées à celles de 892 patients contrôles, l’appariement prenait en compte le tabagisme, la consommation d’alcool, le niveau d’études, les expositions aux pesticides et aux rayonnements ionisants. Les patients ont été recrutés dans le cadre de l’étude CERENAT menée dans la Gironde, le Calvados, la Manche et l’Hérault entre 2004 et 2006 sur la prise en charge des patients atteints de tumeurs cérébrales. Les informations telles que le nombre moyen d’appels par semaine, leurs durées ou le modèle de téléphone ont été collectées lors d’interview en face à face.

Plus de gros consommateurs chez les malades

S’il n’y avait pas de différence significative entre utilisateurs réguliers et non utilisateurs, il existait en revanche une association positive chez les plus gros utilisateurs. Ainsi les personnes qui cumulaient plus de 836 heures de conversations sur mobile avaient 2,89 fois plus de risque de développer un gliome, et 2,57 fois plus de risque de développer un méningiome. Il y avait également 2,10 fois plus de risque de gliomes chez les personnes qui avaient passé plus de 14 700 appels dans leur vie.

Un résultat « concordant » avec d’autres études

« La principale conclusion est que l’étude CERENAT va dans le même sens que des tendances récemment observées au niveau international, mais qui demandaient à être confirmées, à savoir une élévation du risque de tumeur cérébrale, observée uniquement chez les plus forts utilisateurs et notamment dans le cadre d’usagers professionnels intensifs », explique Isabelle Baldi de l’université de Bordeaux qui a dirigé l’étude. « La question de la relation causale est un peu plus compliquée que cela et nous ne pouvons démontrer formellement que la relation observée est de nature causale. Il n’en reste pas moins intéressant qu’il y ait une concordance entre nos résultats et d’autres études précédemment publiées. »

Gaëlle Coureau et all, Mobile phone use and brain tumours in the CERENAT case-control study, occupational & Environmental Medicine, publication en ligne du 9 mai 2014

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
14.05.2014 à 23h43

« D'abord est ce que le côté privilégié d'écoute correspond à la latéralisation de la lésion ?
D'autre part un Risque mineur multiplié par 2 ou 3 restes mineur.
Enfin j'espère que tout le monde compre Lire la suite

Répondre
 
14.05.2014 à 23h34

« Je reste très sceptique : à t-on assisté à une augmentation des gliomes depuis l'utilisation des portables ? Compte tenu de la "brutalité " et l importance du développement du téléphone cellulaire l Lire la suite

Répondre
 
14.05.2014 à 09h27

« Gros consommateurs ? Une demi-heure par jour ?
Quid des vrais gros consommateurs, nos enfants et les jeunes adultes ?
Quid de la forte augmentation des cancers depuis les années 2000, les pesticides Lire la suite

Répondre
 
14.05.2014 à 02h13

« Depuis de nombreuses années, suis intimement convaincu de la corrélation: exposition prolongée d'ondes basse fréquence et tumeurs cérébrales... les exemples ne manquent pas ! »

Répondre
 
Hervé M Médecin ou Interne 14.05.2014 à 02h00

« Hum, les dangers des microondes sont connus depuis les années 30 au moins ou l'on avait déjà remarqué que ça provoquait des cataractes chez les lapins exposés!

Ensuite ce sont les militaires qui s' Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 9

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter