Verbatim Prudhomme

Publié le 12/09/2019

« Les 750 millions annoncés n’existent pas ! C’est une réaffectation de crédits déjà prévus dans la loi de santé. On demande une évolution de l’ONDAM à 5 %, soit 4 milliards d’euros. Si on n’a pas cet argent, toutes les mesures de réorganisation proposées – dont certaines sont très critiquables – ne pourront pas être mises en œuvre. Je ne sais pas quel technocrate a inventé le SAS mais ça ne rime à rien ! »

Dr Christophe Prudhomme

Porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF)

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?