DVD symphoniques

Trois chefs et le Philharmonique de Berlin

Par
Olivier Brunel -
Publié le 27/03/2020

La parution en DVD de concerts du célèbre orchestre philharmonique de Berlin vient confirmer la suprématie de la phalange allemande. Mais le résultat n'est pas le même selon le chef.

* C'est un bonheur que le concert des Berliner Philharmoniker au Festival de Pâques 2018, à Baden-Baden, un des derniers dirigés par le chef sortant Simon Rattle, ait été capté. Le mezzo-soprano letton Elīna Garanča y donnait une interprétation superlative des « Sept Lieder de jeunesse » d’Alban Berg, avec des Berliner en état de grâce. « Shéhérazade » de Ravel est presque aussi miraculeux, à ceci près que la diction française est trop souvent sacrifiée à la ligne de chant. Et aussi deux pièces orchestrales spectaculaires que Sir Simon affectionne : « Don Juan » de Richard Strauss et « Petrouchka » de Stravinski (1 DVD EuroArts).

* L'été dernier, le fameux concert populaire donné par les Berliner Philharmoniker sur la scène de plein air de la Waldbühne était dirigé par le chef ossète Tugan Sokhiev, avec pour thème « Une nuit de contes de fées ». Au menu, « Shéhérazade » de Ravel, cette fois chanté avec un phrasé et une prononciation très soignée par le mezzo-soprano français Marianne Crebassa. Prokofiev se taillait la part du lion avec la « Suite Lieutenant Kije » et l’arrangement par Sokhiev de la musique de ballet de « Roméo et Juliette ». Bien que l’on n’en saisisse pas l’intérêt, le DVD bonus reprend la totalité du concert filmé par une caméra uniquement braquée sur le chef… Une belle nuit de musique poétique (1 DVD EuroArts).

* L'Europakonzert, le concert que donnent chaque année les Berliner Philharmoniker dans une ville européenne différente, a eu lieu en mai 2019 à Paris, au Musée d’Orsay. Outre que l’on reconnaît à peine la sonorité de cet orchestre noyée dans la Grande Nef du musée, le concert était dirigé par le chef britannique Daniel Harding, dont, à notre avis, la réputation est surfaite. Après une carrière courte ayant démarré de façon trop spectaculaire et médiatisée, il a quitté en juin l’Orchestre de Paris, qu'il dirigeait depuis trois ans, et a pris un congé sabbatique pour devenir à 45 ans pilote de ligne…

Sous la direction de Daniel Harding, la phalange berlinoise reste très brouillonne, tant dans les œuvres de musique française que dans celles de Wagner. Et les problèmes vocaux naissants du baryton-basse gallois Bryan Terfel, dans les adieux de Wotan de « la Walkyrie »,n’arrangent rien. Un bonus, avec la caméra une nouvelle fois fixée sur le chef – montrant bien l’insuffisance de sa technique de direction –, et un passionnant documentaire sur le Musée d’Orsay complètent le programme (2 DVD EuroArts).

Olivier Brunel

Source : Le Quotidien du médecin