Stella Kyriakides, une patiente experte au poste de commissaire européen à la Santé

Publié le 12/09/2019

Crédit photo : AFP

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a nommé mardi 10 septembre la Chypriote Stella Kyriakides au poste de commissaire européenne à la Santé. Députée du parti conservateur Democratic Rally, cette dernière a présidé la délégation de Chypre auprès du Conseil de l'Europe. À 63 ans, elle a surtout une très bonne connaissance du terrain, puisqu'elle porte la double casquette de psychologue clinicienne et de militante reconnue de la lutte contre le cancer du sein en Europe.

Formée en Angleterre, Stella Kyriakides a exercé pendant plusieurs années à l'hôpital Archbishop Makarios de Nicosi, à Chypre. Spécialisée dans le suivi des troubles mentaux, elle a aidé à y mettre en place le premier programme de réhabilitation des patients en psychiatrie et a fondé le premier service de pédopsychiatrie de l'île. 

En 1996, à l'âge de 40 ans, elle se découvre atteinte d'un cancer du sein, maladie qui avait emporté sa mère 29 ans plus tôt. Soignée en Angleterre, elle constate à quel point les informations disponibles sur ce cancer et les traitements sont pauvres dans son pays. Dès lors, elle devient très active dans la lutte en faveur d'une meilleure information des femmes sur le cancer du sein, d'un dépistage et de l'accès à de meilleurs traitements. En 2004, elle prend la présidence de Europa Donna, une coalition militante de femmes concernées par le cancer du sein. 

Attributions élargies

La nomination de Stella Kyriakides entérine l'importance grandissante du rôle du patient expert dans les politiques de santé. Elle s'accompagne en outre d'un élargissement notable des attributions de la commissaire à la Santé : elle supervisera désormais la régulation des dispositifs médicaux et pharmaceutiques qui étaient jusqu'à présent de la compétence du commissaire du Commerce et de l'Industrie.

Sa lettre de mission, signée par la présidente von der Leyen, lui demande de préparer en priorité une proposition de loi sur les dispositifs médicaux qui soit à même de protéger les patients. Mais elle aura également pour tâche d'améliorer l'accès aux soins des Européens.

Sa nomination doit encore être entérinée par un vote d'approbation du Parlement européen, pour une prise de fonction officielle le 1er novembre. 


Source : lequotidiendumedecin.fr