Phénotypage de l’asthme sévère faiblement corticosensible

Qui dit biothérapie dit biomarqueurs…  Abonné

Par
Christine Fallet -
Publié le 05/05/2020
Dans un contexte d’asthme sévère, le phénotypage de l’asthme permet de mieux comprendre les mécanismes de l’inflammation, pour cibler les patients pouvant être traités avec une biothérapie et la choisir.
Les trois tests courants ne résolvent pas toutes les questions cliniques

Les trois tests courants ne résolvent pas toutes les questions cliniques
Crédit photo : phanie

Les corticoïdes inhalés, à doses plus ou moins fortes, sont la base du traitement de fond des patients asthmatiques du stade un au stade cinq, selon les recommandations du Gina. Ils sont efficaces chez une majorité de patients (de 70 à 80 %). « Les corticoïdes agissent essentiellement sur l’inflammation éosinophilique. On peut ainsi penser que 70 à 80 % des asthmatiques ont une forme d’asthme éosinophilique corticosensible », explique le Pr Arnaud Bourdin (CHU de Montpellier).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte