Les antiviraux à action directe (AAD)

Une rupture dans la prise en charge dans l’hépatite C

Publié le 14/09/2015
- Mis à jour le 12/07/2019
230 000 personnes sont infectées par le virus de l’hépatite C

230 000 personnes sont infectées par le virus de l’hépatite C
Crédit photo : PHANIE

Administrés en association, les nouveaux antiviraux à action directe permettent une guérison virale dans la quasi-totalité des cas. Et ce, quel que soit le génotype. Les patients, délestés de leur épée de Damoclès, font à nouveau des projets, leur médecin est heureux d’annoncer de bonnes nouvelles, la relation en est à l’évidence transformée, montre le sondage OpinionWay sur la « Connaissance et la perception de médecins spécialistes vis-à-vis des nouveaux traitements anti-VHC ».

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?