Enquête sur la santé des migrants de Calais et Grande Synthe

Le paradoxe sanitaire de la jungle  Abonné

Par
Publié le 24/03/2016

« Non seulement les populations qui vivent dans la jungle de Calais n’exposent pas les habitants du secteur à un quelconque risque infectieux, mais l’analyse des données que nous recueillons en continu pourrait nous faire craindre plutôt un phénomène inverse, avec un risque de transmission de pathologies des Calaisiens vers les migrants. » L’expertise de Sylvie Haeghiebaert, épidémiologiste de la CIRE du Nord-Pas-de-Calais-Somme, dément les rumeurs qui circulent dans le Calaisis autour d’un supposé risque épidémique lié à la présence des réfugiés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte