Contraception définitive

Les recommandations de l’IGAS trop peu suivies  Abonné

Publié le 17/11/2011
1321496348299506_IMG_71652_HR.jpg

1321496348299506_IMG_71652_HR.jpg
Crédit photo : phanie

La France cultive des paradoxes, mais pas toujours les meilleurs, constate l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) : malgré une large couverture contraceptive, le taux des IVG ne diminue pas. Une grossesse sur trois est qualifiée de non prévue et 60 % d’entre elles vont aboutir à une IVG. Dans deux tiers des cas, ces grossesses surviennent sous contraceptifs ! « Cela veut dire que ce que l’on propose à nos patientes ne convient pas toujours à leur réalité quotidienne.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte