En l’absence de stratégie univoque

L’autosurveillance glycémique dans le diabète non insulinodépendant est-elle bien justifiée ?  Abonné

Publié le 15/09/2014
1410743581543191_IMG_135589_HR.jpg

1410743581543191_IMG_135589_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

La mesure d’une glycémie capillaire par un patient à son domicile, donnée en quelques secondes grâce à un lecteur automatique, est indiquée pour tous les diabétiques de type 1. Pour le type 2, c’est selon. L’autosurveillance est bien sûr indispensable pour les diabétiques de type 2 sous insuline, soit environ 17 % des 3 à 4 millions de diabétiques de type 2 que l’on compte en France.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte