Lupus

Le bortézomib bientôt à l’essai  Abonné

Publié le 17/12/2008

LES THÉRAPIES actuelles ou expérimentales pour les maladies médiées par les autoanticorps, notamment le lupus érythémateux disséminé (LED), ne ciblent pas les plasmocytes producteurs d’autoanticorps, ce qui explique le faible taux de rémission. Une étude réalisée par une équipe allemande (Dr E. Voll, Erlanguen) chez une souris ayant une forme de lupus (souris NZB/WF1) a montré qu’un inhibiteur du protéasome, le bortézomib, élimine les plasmocytes (aussi bien ceux à vie courte que ceux à vie longue) à travers une activation des protéines non pliées.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte