Ostéochondrite disséquante du genou

Une course contre la physe  Abonné

Par
Publié le 06/11/2017
Une course contre la physe

Une course contre la physe
Crédit photo : DR

Une course contre la physe

Une course contre la physe
Crédit photo : DR

Une course contre la physe

Une course contre la physe
Crédit photo : DR

Une course contre la physe

Une course contre la physe
Crédit photo : DR

Une course contre la physe

Une course contre la physe
Crédit photo : DR

Une course contre la physe

Une course contre la physe
Crédit photo : DR

Une course contre la physe

Une course contre la physe
Crédit photo : DR

Une course contre la physe

Une course contre la physe
Crédit photo : DR

Une course contre la physe

Une course contre la physe
Crédit photo : DR

Altération focale idiopathique de l’os sous chondral, l’ostéochondrite disséquante (OCD) du genou entraîne une instabilité voire une séparation d’un fragment osseux et du cartilage articulaire qu’il supporte, avec risque ultérieur d’arthrose. Elle est souvent diagnostiquée chez le sportif, en moyenne à 16,5 ans, on parle selon l’âge de physes ouvertes ou fermées (1). Le condyle fémoral médial est le plus touché, mais l’OCD peut aussi affecter le condyle latéral, la rotule et exceptionnellement le plateau tibial. L’origine de cette pathologie est microtraumatique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte