Double antiagrégation plaquettaire

Un débat sur la durée n’est pas encore clos  Abonné

Publié le 21/06/2012
1340285716357305_IMG_85953_HR.jpg

1340285716357305_IMG_85953_HR.jpg
Crédit photo : BSIP

L’IDEE DE LA BITHERAPIE a été française. En associant aspirine et ticlopidine, Paul Barragan a fait beaucoup pour le stent coronaire. La baisse des complications thrombotiques et hémorragiques suivant la mise en place d’un stent a été tellement spectaculaire par rapport aux autres traitements antithrombotiques que l’application du double traitement antiplaquettaire a été quasi immédiate. La démonstration scientifique ne l’a validée que bien plus tard.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte