Edition spéciale Neurologues

Avancée dans l’AVC  Abonné

Publié le 07/06/2012
1339061947353605_IMG_85008_HR.jpg

1339061947353605_IMG_85008_HR.jpg
Crédit photo : BSIP

Mise au point par une équipe de l’INSERM, une stratégie d’immunothérapie passive par injection d’un anticorps dirigé contre une région spécifique du récepteur NMDA permettrait de combattre les effets proneurotoxiques du tPA, qu’il soit exogène ou endogène, sans affecter son activité thrombolytique ni les propriétés du récepteur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte