Une pratique régulière nécessaire  Abonné

Publié le 22/06/2015

L’activité physique réduit le risque de rechute de cancer de 25 à 50 % selon les études. Les patients pratiquant une activité physique ont moins de sarcopénie, l’activité physique accroissant les masses musculaires, moins de graisse abdominale, source de cytokines et moins d’insulino-résistance. Ces effets biologiques aboutissent à moins de fatigue, de troubles cognitifs et du sommeil induits par les cytokines, à une réduction de la croissance cancéreuse qui dépend de l’insuline.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte