Pas de sélection en association

Par
Christine Fallet -
Publié le 06/05/2019

Des études ont confirmé que l'association du pembrolizumab ou de l'atézolizumab avec la chimiothérapie fait mieux que la chimiothérapie seule, en première ligne, chez les patients atteints de cancer bronchique non à petites cellules. « Ce bénéfice est retrouvé chez des patients non sélectionnés, qui ne surexpriment pas forcément PDL1. En administrant d'emblée cette association, il n'est plus nécessaire de sélectionner les patients en fonction de biomarqueurs, comme c'est le cas avec l'immunothérapie seule », souligne la Pr Marie Wislez (Paris).

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?