Douleurs pelviennes chroniques - Une prise en charge fondée sur l’étiologie

Douleurs pelviennes chroniquesUne prise en charge fondée sur l’étiologie

02.11.2015

Relativement fréquentes, les douleurs pelviennes chroniques causent une souffrance importante, souvent accompagnée d’échecs et de nomadisme thérapeutiques. Une recherche rigoureuse d’étiologie doit être mise en œuvre, sans négliger les origines psychogènes, fréquemment retrouvées.

  • Réfractaire, la douleur exclut la patiente du monde des "biens portants"

D’une durée supérieure ou égale à 6 mois, les douleurs pelviennes chroniques concernent 15 % des femmes de 18 à 50 ans. L’algie est réelle et s’accompagne presque toujours d’une angoisse voire d’une dépression, chez des patientes venant souvent consulter en situation d’échec. Cette douleur les exclut du monde des « bien portants ». La prise en charge de la douleur devra tenir compte de l’étiologie, dans un contexte psychique. Il est indispensable qu’elle soit globale et...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commenter 5 Commentaires
 
François T Paramédicaux 22.11.2015 à 10h16

« En effet, les ostéopathes traitent ce genre de dysfonctions avec des résultats spectaculaires et durables...dommage de ne pas les intégrer dans la prise en charge pluridisciplinaire plus souvent, on Lire la suite

Répondre
 
BRUNO Médecin ou Interne 22.11.2015 à 23h06

« le problème des ostéopathes c'est qu'ils ne communiquent pas avec une lettre et un rapport signé..... les psychologue bien svt savent soit mettre un petit mot ;; soit déc Lire la suite

Répondre
 
François T Paramédicaux 23.11.2015 à 08h51

Non Bruno, les choses changent beaucoup, ils ont désormais 5000h de formation, des DU solides (j'y enseigne) sont de plus en plus dans les maisons de santé, les maternités, les hôpitaux...Il faudra Lire la suite

Répondre
 
JEAN LUC L Médecin ou Interne 22.11.2015 à 10h07

« Ne pas parler de l'examen clinique me paraît ahurissant.
Simple, pas cher et souvent si instructif... »

Répondre
 
JEAN LOUIS G Médecin ou Interne 22.11.2015 à 08h31

« Avant de parler de douleur psychogènes ou d'accuser des anomalies qui pourraient être latentes pour d'autres femmes,
il faudrait penser à la fréquence importante des douleurs projetées pseudo-viscé Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 1

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 7

Le nouveau syndicat pour les infirmiers de bloc va consulter sur les conditions de travail

ibode

Depuis le 9 mai, les quelque 7 000 infirmiers diplômés d'État de bloc opératoire (IBODE) sont officiellement représentés par le Syndicat... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter