Une souillure dans toutes les cultures - Avoir ses règles, ou pas

Une souillure dans toutes les culturesAvoir ses règles, ou pas

02.11.2015

Cinquante ans après avoir gagné la possibilité de prendre une contraception, les femmes veulent-elles toujours avoir des règles ?

  • Une souillure dans toutes les cultures - Avoir ses règles, ou pas-1

Depuis des siècles, dans toutes les cultures, être réglée c’est être impure : souiller le feu, la terre, troubler l’eau, ne pas faire prendre une mayonnaise, faire tourner les cornichons, c’est selon ! On dit aussi d’une femme au moment de ses règles qu’elle est « indisposée » ou « de mauvaise humeur ». Toutes les religions interdisent les rapports sexuels pendant les règles.

Pourtant, les règles pourraient être vues comme un signe positif : de fécondité...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commenter 19 Commentaires
 
Emeline C Médecin ou Interne 28.11.2015 à 10h50

« Reste à voir si la contrepartie ne serait pas une majoration de la sécheresse vaginale et diminution de la libido, ce qui est du coup moins cool pour une sexualité épanouie... »

Répondre
 
gaele b Médecin ou Interne 23.11.2015 à 14h49

D'ailleurs les labos n'ont rien inventé : nombre de femmes utilisent déjà leur pilule en continu lorsque leurs règles vont coïncider avec une épreuve sportive, un voyage dans certains pays, un Lire la suite

Répondre
 
JACQUES L Médecin ou Interne 23.11.2015 à 14h07

Le meilleur des mondes cela effectivement un monde sans règles pour les femmes.
Il suffira dans un avenir proche de supprimer l'utérus, et de faire pousser nos embryons dans des couveuses Lire la suite

Répondre
 
La teigne Médecin ou Interne 23.11.2015 à 22h10

« Ce qui est obsolète c'est surtout le médecin qui décide à la place de sa patiente. Il faut leur dire que ce sont elles qui décident et c'est très bien comme ça. »

Répondre
 
PHILIPPE V Médecin ou Interne 23.11.2015 à 13h15

Jadis du fait des nombreuses grossesses et des longues durées de l'allaitement, les femmes étaient rarement réglées. Nous sommes passées en deux siècles de trente cycles par vie à plus de quatre cent Lire la suite

Répondre
 
gaele b Médecin ou Interne 23.11.2015 à 07h47

En tous cas on voit bien que c'est un sujet qui fait sortir beaucoup de commentaires du cadre professionnel.....et si -incroyable -les femmes pouvaient décider par elles mêmes ce qu' elles souhaitent Lire la suite

Répondre
 
véronique t Médecin ou Interne 23.11.2015 à 09h51

Et oui, ça ne passe pas , ça, on dirait...
;-)

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter