Dossier

Diagnostic précoce de la BPCO

La spirométrie réalisable par le généraliste

Publié le 27/04/2015

Largement sous diagnostiquée, la BPCO touche actuellement 7,5 % de la population de plus de 40 ans. L’étude présentée par la Dr Lucie Bunge (Université Paris-Diderot) lors du congrès démontre la faisabilité d’un dépistage par la spirométrie en pratique de ville.

Cinq cabinets, quatre internes en médecine générale spécialement formés à la spirométrie par un pneumologue de ville et 184 patients fumeurs actifs de plus de 35 ans, ont été sollicités pour participer à cette étude. Les deux tiers des patients ont accepté une seconde consultation pour la spirométrie. Les courbes pratiquées par les internes, relues par un pneumologue expert indépendant, étaient de très bonne qualité dans les trois quarts des cas et ininterprétables dans seulement moins de 10 % des cas. Des troubles ventilatoires obstructifs ont été mis en évidence chez 17 % des patients dont un quart était totalement asymptomatique. Par ailleurs, 22 % de ces patients, tous fumeurs, revus 3 mois après en consultation, avaient cessé ou diminué de plus de 50 % leur consommation tabagique.

Une vingtaine de minutes suffit à l’examen, coté 40,26 euros, assurant un remboursement rapide du matériel (environ 1 000 euros).

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?