Salaires à l'hôpital : +5 % par an pendant cinq ans, les députés LR proposent de desserrer les cordons de la bourse

Par
Anne Bayle-Iniguez -
Publié le 27/04/2020

Crédit photo : S.Toubon

Les députés Les Républicains (LR) ont dévoilé une série de propositions pour réussir un déconfinement « clair, territorialisé et sous protection » plutôt que « flou, jacobin et bureaucratique ». La stratégie de la droite – à court et moyen terme – s'articule autour de mesures portant sur la santé et la protection des Français, la reprise économique, l'école, la sécurité et la mobilité. 

Droit au répit et création de lits 

Les élus LR réclament « d’ici à la fin de l’année » une loi de programmation en santé pour cinq ans – sur le modèle des lois de programmation militaire – reposant sur trois piliers : un plan d'investissement « massif » (mais non chiffré) dans les hôpitaux et établissements de santé ; un « rapprochement » entre les établissements privés ; et surtout une « revue intégrale des grilles salariales, autour du principe d'une hausse de 5 % par an des salaires pendant 5 ans ». LR ne précise pas si les praticiens hospitaliers sont concernés par cette réévaluation générale des émoluments.

Toujours à l'hôpital, les primes distribuées aux personnels doivent être financées par l'État et récompenser les soignants « quel que soit leur statut et leur fonction » – fonctionnaires et contractuels. La reconnaissance passe aussi par un « droit au répit ».

Parmi les autres propositions notables, le gel « sans délai » et pour une durée d'un an de « toutes les fermetures de lits, de services et d’établissements sanitaires et médico-sociaux ». Le groupe LR suggère de donner aux directeurs d'établissements une autorisation « immédiate et dérogatoire » afin qu’ils puissent procéder à « toutes les créations de lits, de postes ou de spécialités rendues nécessaires par la sortie de crise sans habilitation préalable des agences régionales de santé », cantonnées au rôle de financeurs (via les FIR).

En ville cette fois, les libéraux de santé « doivent pouvoir reprendre leur activité en toute sécurité avec la fourniture en matériel de protection », ajoutent les parlementaires. « Ils sont un maillon essentiel après deux mois de renoncement aux soins de la part de nombreux Français. »

Télémédecine et tablettes dans les EHPAD

Le groupe LR défend plusieurs positions tranchées pour accompagner le déconfinement à commencer par le port obligatoire de masques (100 % financés par l'État) dans les transports et les grandes surfaces. « Le circuit de distribution des masques doit être revu, lit-on dans la plateforme LR. Les préfectures auront en charge la logistique en lieu et place des ARS, et la distribution sera assurée dans les pharmacies et les collectivités territoriales pour les masques homologués grand public. » 

Autre recommandation : le dépistage systématique (personnels de santé, résidents en EHPAD, personnes à risque et fragiles) et massif (personnes en contact avec le public) organisé par le Service de santé des armées avec le renfort de la réserve sanitaire. Enfin, il convient d'utiliser des hôtels Covid pour isoler les cas positifs. 

Plusieurs mesures ciblent les EHPAD. Les députés LR militent pour la généralisation « d'ici l'été » de la télémédecine dans ces structures. Des tablettes (avec une « aide pour l'utilisation ») doivent être mises à disposition des résidents pour « recréer du lien avec l'extérieur ».

Et pour favoriser la relance économique, la droite propose une « défiscalisation complète et sans plafond des heures supplémentaires travaillées entre mars et décembre 2020 », un prolongement du chômage partiel et un « report de la TVA » sur les deux premiers mois de déconfinement.


Source : lequotidiendumedecin.fr