Courrier des lecteurs

Midazolam : une certaine forme d'encadrement des pratiques est nécessaire

Publié le 17/03/2020

Votre article du 4 mars (Affaire du midazolam : le Dr Jean Méheut-Ferron se confie soulève plus de questions qu’il n’apporte de réponse à celles que nous ne nous posions. Notre confrère dit n’avoir jamais pratiqué la sédation profonde et que, du fait de sa simplicité d’utilisation, il n’utilisait le midazolam que pour des sédations légères et proportionnées.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)